La librairie fête ses 40 ans!

Il s’en est passé des choses en 40 ans!

A cette occasion la librairie sera en fête demain, samedi 20 octobre.

Affiche 40 ans 4-page-001

Encore merci à tous de votre fidélité!

Les libraires masqués

Publicités

Les frères K : enfin la sortie!

IMG_3634

Bon, je ressors la photo de cet été, comme je ne suis pas en librairie. J’ai donc lu Les Frères K en août et j’ai été soufflée. Ensuite j’ai dû patienter pour qu’il sorte et ça y est, ça arrive : il sort demain! Voici donc, comme promis, ma chronique :

Préparant mes lectures pour la rentrée littéraire je tombe sur un nouveau titre à paraitre aux éditions Monsieur Toussaint Louverture. Pour ceux qui ne connaissent pas la maison, il s’agit, en général, d’ouvrages plutôt consistants (rarement moins de 700 pages), d’une certaine exigence (disons que je ne suis pas encore tombée sur un bouquin écrit avec les pieds.) et d’une très belle qualité d’impression (de vraies œuvres d’art). Bref, je me suis donc jetée sur Les frères K avec précipitation. Et ce roman est d’une telle richesse qu’il m’est compliqué de savoir par où commencer.

Je vais tâcher de faire simple. Le roman débute avec la famille Chance au début des années 60. Nous faisons connaissance avec un père aux rêves brisés, une mère dont le fanatisme (ah, le puritanisme américain…) règle le quotidien ainsi qu’une belle et grande fratrie (cinq enfants, tout de même, qui prendront la parole à tour de rôle.) dont l’agitation rythme la vie familiale. Et puis il y a le base-ball, passion dévorante de papa Chance (aussi appelé papa orteil mais vous comprendrez mieux avec la lecture.) à la fois source de bonheur suprême et de désespoir. Je préfère vous rassurer tout de suite, bien que ce sport soit assez présent dans le roman, vous n’avez en aucun cas besoin de vous y connaitre ou de l’apprécier. Je suis moi même totalement néophyte et cet élément ne m’a absolument pas gênée durant ma lecture. C’est un peu comme la lutte chez John Irving (auteur que je place très très haut, auquel je pourrais presque faire des cœurs avec mes mains, ce que la bienséance m’interdit, naturellement). Et d’ailleurs le parallèle ne s’arrête pas à cette thématique. J’ai retrouvé chez David James Duncan, les éléments qui me transportent chez John Irving : l’humanisme, le foisonnement, la profondeur, la nuance, l’incarnation des personnages sans oublier l’humour, bien évidemment. Vous l’avez compris c’est une très grande découverte et un immense coup de cœur pour ce roman qui, je l’espère, deviendra culte, que je suis heureuse de partager avec vous.

Emma

Roissy

IMG_3701

En attendant que le masque ne revienne, je joue avec les coffrets du rayon jeunesse et il y en a un fabuleux qui me propose de créer un aéroport : cela tombe à point nommé…

Roissy de Tiffany Tavernier… voilà, en refermant ce livre et j’ai eu comme l’impression de recueillir un oiseau tombé du nid : c’est fragile, le cœur bat encore à tout rompre, les ailes sont douces et le regard si profond.

Avec précision, travaillé comme un personnage à lui tout seul, Tavernier nous décrit l’aéroport : sa grandeur, ses recoins, le dédale de ses canalisations comme un intestin qui rejetterai parfois quelque individu perdu. Et puis son architecture qui enlace, en un grand huit, les passagers en partance, en arrivée, ceux et celles qui y travaillent, et ceux et celles, qui, clandestinement, suivent le flot, identités perdues dans le grand flux.

L’auteure nous introduit un «je », une identité féminine, belle mystérieuse qui a oublié et fait de Roissy son camarade réconfortant, celui qui l’englobe malgré ses failles et ses doutes. Elle n’a plus de passé, ne connaît pas l’origine de son traumatisme mais petit à petit, pourtant, des bribes de souvenirs reviennent. A-t-elle tué ? A-t-elle volontairement eu cet accident ? D’où viennent ces cauchemars qui la bouleversent au point de défaillir ?. Tiffany Tavernier prend à bras le corps celle qui, à un moment, se nomme Anna et se coud cette vie de bric et de broc dans cet univers où, comme un avion, elle aurait perdu sa gouverne de direction.

Je suis partie en vadrouille au milieu de ces individus qui s’évaporent au milieu des autres, dans ce lieu ouvert aux mondes. J’ai appris les caches, les codes et ai suivi ce fil ténu d’une mémoire afin de savoir le passé et mieux reconnaître le présent de cette femme. Roissy est un roman qui bouleverse, met en tension, hypnotise par son mystère et son excellente narration ; bref, ce livre est un embarquement immédiat !

Roissy de Tiffany Tavernier aux éditions Sabine Wespieser. 280 p. – 21 euros –

Fanny.

 

 

Le pays obscur

IMG_3698

Il est des romans que l’on a du mal à classer dans un genre précis. C’est le cas de cet excellent roman noir/polar d’Alain Claret: Le pays obscur (éditions La Manufacture du Livre).

Malgré plusieurs romans publiés depuis 2002, je ne connaissais pas Alain Claret (merci au passage à Marie-Anne Lacoma!) et ce fut une belle découverte!

Après des mois passés comme otage en Libye, un reporter de guerre s’est retiré dans une vieille maison isolée, dont il a hérité de son père. D’un côté un petit village, de l’autre une grande forêt. Depuis quelques temps, des femmes disparaissent dans cette forêt. Lorsque le passé vient frapper à sa porte, tout s’ébranle pour cet homme brisé, que la folie aime parfois taquiner. La vérité, intime, criminelle, veut se faire connaître. Il faut alors pénétrer plus profondément au pays obscur.

Une ambiance tantôt mélancolique et douce, tantôt angoissante, voire oppressante, qui donne à ce roman d’une rare qualité littéraire une place de choix dans cette rentrée d’automne.

Gaël

 

Oron, nous voilà!

Jour 1

IMAG0201

IMAG0211

Dans le train pour Oron, jolie vue sur le lac Léman en arrivant, c’est beau, c’est charmant, c’est la Suisse!

Nous sommes accueillies le mercredi soir par nos fabuleux hôtes Ariane et Nicolas, ainsi que leurs adorables filles Zoé et Louna. Ils avaient déjà pris soin de nous il y a deux ans. Dans l’effervescence du moment, nous n’avons pas pris le temps de faire des photos mais nous pouvons tout de même vous dire qu’il y a eu une super raclette et que c’était délicieux. Les Suisses savent recevoir!!

Jour 2

IMAG0213

Après une bonne nuit réparatrice, les ennuis commencent : une chasse d’eau magnifique se met à couler de manière interrompue, menaçant de mettre à sec toutes les nappes phréatique du pays. Heureusement, EmmaMcGyver parvient, à la seule force du poignet,  à stopper l’inondation imminente.

IMAG0218

Très vite, nous retrouvons nos copines d’il y a deux ans. Ci-dessus, avec Céline Leroy, traductrice (Laura Kasischke, Peter Heller, Atticus Lish, Rebecca Solnit…) que nous avions reçue lors de notre rencontre autour de la traduction en 2016. Ci-dessous, Corinne Borloz, interprète bénévole sur le salon, qui fait des prouesses et nous donne toujours du chocolat…comment ça nous sommes des goinfres?!

IMAG0223

Oh tiens! Des livres! 🙂

IMAG0283

IMAG0284

Version anglaise, version française, petit format ou grand format : à vot’ bon cœur m’sieurs dames! C’est ça aussi la Suisse : c’est international!

IMG-20180929-WA0005

Ils sont beaux, ils sont smart, ils sont généreux, ils sont intelligents, ils ont un sourire à faire tomber une vache par terre : ce sont les auteur(e)s d’Amérique à Oron! Yeeahhhhaaaa, c’est parti pour échanger, rire, boire une bière, s’enthousiasmer pour leurs ouvrages, faire venir les gens à leurs livres et swinguer sur un air de Johnny Cash tout en rangeant. De gauche à droite : Michael Farris Smith, Jean Hegland, Christian Kiefer et Richard Russo. Welcome on board !

IMG-20180929-WA0016_1

Avec la merveilleuse Jean Hegland

IMG-20180929-WA0019_1

Et la non moins merveilleuse Sophie Aslanides

On discute, on parle de tout, de rien, de voyages, des livres, des enfants…le temps file à une vitesse folle.

IMAG0224

IMAG0227_1  IMAG0230_1

La soirée se conclue par le concert de The Company of Men (https://mx3.ch/thecompanyofmen)…dans la boucherie du village.

Un quiproquo autour d’un branchement éventuel pour l’ampli…bref, long story short : on se retrouve au milieu des conserves, des steaks et des saucisses pour un concert pour le moins atypique. Et, bien que la condensation apparaissant au fur et à mesure sur les vitrines nous inquiète un peu pour la consommation future de la viande,  nous passons un très bon moment.

Petite vidéo ici : https://youtu.be/iVaJe2ypdAI

Jour 3

Ne restant pas jusqu’au samedi, c’est notre dernier jour. Nous débutons les festivités dans un cadre merveilleux : L’auberge de la gare à Grandvaux.

IMAG0262

IMAG0267

IMAG0264

Vous ne pouvez pas le voir sur ces photos, mais nous avons en plus vue sur le lac ! Mais l’intérêt n’est pas seulement dans le décor, vous l’imaginez bien. Nous avons rendez-vous avec Christian Kiefer et Jean Hegland pour un petit déjeuner. L’idée est de se retrouver en petits groupes pour parler littérature avec eux. Nous sommes ravies.

IMAG0238_1

IMAG0243

Et ça papote devant un thé…

IMAG0259_1_1

Avec Christian Kiefer

IMAG0256_1

Avec Jeff et David qui nous ont gentiment conviées.

Après ce fantastique petit dèj, nous retournons à Oron (On est aussi là pour bosser, quand même!). Et ce qui est chouette, c’est que tout le monde semble investit dans le festival. C’est un peu « Tout-Oron-lit » ce week-end!

IMG-20180928-WA0000

Même en service :)!

IMAG0285

Même en tenant le stand de bières du Jorat  (http://jorat.ch/fr/?___store=fr). Et d’ailleurs, Fanny vient même à vous, elle est en conseil sur tous les fronts!

Nous faisons ensuite connaissance avec Josiane, la super combi Volkswagen aménagée par Stéphanie comme « biblio-camion« .

IMAG0269

IMAG0280

IMG-20180930-WA0002

On veut le même!!

IMG-20180929-WA0000

Très belle table ronde sur les femmes. Céline Leroy porte la voix de Laura Kasischke avec justesse et bienveillance : un grand big up et un beau merci à ces fabuleuses femmes – de droite à gauche : Jean Hegland, Sophie Aslanides, Céline Leroy et Manguy.

IMAG0290

IMAG0294

IMAG0296

Encore quelques dédicaces..

IMAG0304

Nous échangeons avec de fidèles clientes de la librairie : eh oui, Geneviève aussi, accompagnée de sa fille Véronique, a fait le déplacement jusqu’à Oron (on affrète un car pour dans deux ans?!). Et elles semblent ravies.

On fait les dernières photos masquées..

IMAG0307_1

Avec Michael Farris Smith

IMAG0311_1

Avec Richard Russo

Mais l’heure tourne et la journée touche à sa fin.

IMAG0289_1

Encore une petite bière parce que franchement, elles sont trop bonnes et c’est parti pour le concert des Shoeshine Boys (https://mx3.ch/theshoeshineboys)!

IMAG0312_1

IMAG0301_1 IMAG0302

Voilà, c’était chouette, plein d’émotion, on se promet de revenir dans deux ans, de revoir les montagnes, de retrouver l’Amérique à Oron, Marie Musy, Jean-François Schwab, David Spring, Nicolas Sandmeier, Manguy Planche, Johanne Boulat et aussi la super team de bénévoles qui nous accueille à chaque fois très -très- chaleureusement.

Tchusssss la compagnie and see you soon!

 

Fanny et Emma.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fanny et Emma : deux touristes à Paris

America se termine et L’Amérique à Oron ne débute que jeudi. Chouette! Nous avons le temps pour voir la famille, nous balader, nous ressourcer (bien que la verdure nous manque tout de même assez rapidement…).

A nous Paris!

IMAG0165

Comment ça c’est cliché ?! -Défilé Chanel, Emma porte une pièce intitulée « Du pois dans tes yeux » collection 2020, c’est aussi l’heure de la Fashion Week et, en tant que libraire, nous avons tout à fait le budget… pour rester derrière les barricades:).

IMAG0102

Bon, alors, quand on voit écrit en gros comestible, sur la façade d’un traiteur, bizarrement, ça nous met le doute…après, on est de la campagne, hein, il nous manque peut-être quelques notions citadines.

IMAG0173

Un coffee shop qui a cru pouvoir profiter d’un vide juridique pour ouvrir et qui a fermé aussi sec..bah non, les gars, désolé mais c’est pas San Francisco, hihihi.

IMAG0178 IMAG0183

IMAG0184

IMAG0186

En vrai, on se croirait presque à New-York! ou à Mission… ou à Berlin…ou… à ben non, « Paris sera toujours Parrrriiiiiisss ».

43001399_1928509930519221_3369610321424547840_o

IMAG0191

IMAG0189

Un peu de verdure? On met le nez dedans et on ferme les yeux : les vaches, les verts pâturages, un lac, les pieds dans l’herbe…vivement Oron :).

 

A suivre : Oron, nous voilà!

 

Emma et Fanny

 

 

 

 

 

Fanny et Emma sur la route de l’America

America Jour 1

Oui, nous vous avons abandonnés pendant une semaine, oui Gaël était seul pour vous conseiller (ça a été, quand même, sans nous hein ;)?) mais pour nous faire pardonner, voici quelques photos de notre séjour sur les routes de la littérature américaine ( le festival America à Paris puis le festival l’Amérique à Oron en Suisse ) Yeehaaa c’est parti!

Tout d’abord, nous avons été très studieuses -dans le bus, le train, le métro, le lit, la banquette, le canapé, les marches d’escalier- et avons préparé le salon de manière à pouvoir assister à plein de chouettes conférences :

IMAG0101  IMAG0105

Chaque année, nous quittons les Étonnants Voyageurs frustrées de n’avoir pu assister aux rencontres. Alors autant dire que nous nous sommes rattrapées à Paris ! Et, le Canada étant à l’honneur, nous ne pouvions pas manquer cette édition. Petit aperçu, en image, des différentes tables rondes :

IMAG0108

Panel sur l’adolescence

Gabriel Tallent et Sophie Aslanides (sa super interprète que nous  avions pu rencontrer lors de la soirée Craig Johnson, à la librairie) ainsi que Brit Bennet accompagnée de son interprète.

IMAG0106

Panel Portraits de femmes

Leni Zumas, Wendy Guerra, Claire Vaye-Watkins, Laura Kasischke : women power!

IMAG0118

Panel Le grand dehors

Christian Kiefer qui -sûrement hein- imite les bois d’un orignal, Eric Plamondon (que nous avons reçu lors de la sortie pour Taqawan) et Gabriel Tallent

Nous découvrons un Christian Kiefer (auteur des Animaux, chez Terres d’Amérique) très joueur, qui passe son temps à chuchoter des blagues à l’oreille d’Eric Plamondon qui tente de rester placide et tout à fait sérieux…

IMAG0124 IMAG0127

Nous terminons la journée par une rencontre avec John Irving en personne (non mais, sérieux, quoi !! JOHN!!! le vrai quoi, le lutteur, l’écrivain, The amazing John !)

IMAG0129

Bon alors ok, il est loin, le téléphone d’Emma n’est pas top pour les photos, mais c’est bien John Irving accompagné par son fabuleux interprète Michel Zlotowski et the famous François Busnel. Nous sommes sous le charme. Nous retrouvons l’engagement et les combats qui sont au cœur des préoccupations de l’auteur dans un laps de temps serré, mais intense. Et puis émues, oui émues nous étions, de voir cet auteur que nous suivons depuis si longtemps dans notre chemin littéraire (ça, c’est pour la séquence « émotion » du compte-rendu)

A la sortie, nous croisons John (bon bah, on peut l’appeler juste John, maintenant, non?…) entouré d’une poignée de personnes. Son éditeur essaie de limiter l’effervescence autour de lui. Emma n’ose pas y aller de peur de l’embêter tandis que Fanny devient une pile électrique….C’est John, tu te rends compte, John, il faut y aller Emma, une fois dans ta vie, un mot, une croix, une bavure sur ton bouquin, mais faut y aller… bon : on y va pas. Francis Geffard, Le -généreux et charismatique -créateur du festival (que nous avons eu la chance de recevoir l’année dernière avec Callan Wink, lors de la rencontre Terres d’Amérique) discute avec François Busnel, qu’il nous présente juste après, vantant les mérites du Grenier et de ses libraires : c’est là, qu’à la nuit tombée nous avons pris une teinte rouge tomate, avons pensé à l’équipe et nous sommes dit que cela faisait vraiment chaud à nos cœurs bondissants.

America Day number 2

IMAG0136 IMAG0138

Après une bonne nuit de sommeil, nous sommes d’attaque!, Emma avec sa robe à petits pois et Fanny avec le brosse à dents dans l’nez, prêtes pour de nouvelles aventures livresques.

IMG-20180923-WA0006

Panel Promenons nous dans les bois

Jean Hegland, Richard Powers et Andrée Michaud.

Fanny est in love. Elle pourrait les écouter pendant des heures tout en cogitant sur la construction future de sa cabane/yourte/tipi pour aller vivre dans la forêt.

IMG-20180923-WA0009

Panel Le Canada et l’environnement

Eric Plamondon (auteur merveilleux / https://ericplam.com/), Gyasi Ross (père, auteur, avocat / http://www.gyasi-ross.com/ ), Cowboy Smithx (orateur, intervenant / https://www.youtube.com/watch?v=MYglFfTG0TE) et Julian Brave Noisecat (réalisateur, auteur / https://www.julianbravenoisecat.com)   : des messages qui font froid dans le dos au niveau de l’urgence environnementale mais puissants au niveau du partage des connaissances.

Sinon, pour aller plus loin : https://vimeo.com/redxtalks

IMG-20180923-WA0012_1 IMG-20180923-WA0016_1

Avec Eric Plamondon (photo de gauche) et Gyasi Ross (photo de droite)

IMG-20180923-WA0021

Panel Manhattan stories

Vivian Gornick, Kristopher Jansma et Jacqueline Woodson : New-York Yeah!!

On se dit que Vivian Gornick n’est pas facile facile à interviewer et on est bien contentes d’être calées au fond de notre fauteuil.

IMAG0120

Voilà, America, c’est déjà la fin. Mais nous repartons avec plein de paillettes dans les mirettes avec l’envie de revenir un jour assister à d’autres rencontres formidables (Eh ouais Gaël, be ready!).

Nous remercions Amélie pour sa compagnie et son téléphone qui nous a permis d’avoir de jolies photos sur la journée du dimanche. Nous vous recommandons aussi le site du festival pour un autre regard (plus pro :)) : https://www.festival-america.com/le-regard-de-pauline-maillet.html

A suivre : Des touristes à Paris

Fanny et Emma

 

 

 

 

 

 

.