Horaires de fin d’année

Noël approchant à grand pas, pour vous permettre de faire vos achats, la librairie modifie (un peu) ses horaires d’ouverture.

Voici nos horaires de décembre améliorés:

Dimanche 10/12 : 14h00-19h00

Lundi 11/12 : 14h00-19h00 (comme d’habitude)

Du mardi 12/12 au samedi 16/12 : 9h30-13h00/14h00-19h00 (comme d’habitude)

Dimanche 17/12 : 14h00-19h00

Lundi 18/12 : 14h00-19h00 (comme d’habitude)

Du mardi 19/12 au samedi 23/12 : 9h30-19h00 non-stop, pas de coupure le midi.

Dimanche 24/12 : 9h30-18h00 non-stop

Du mardi 26/12 au samedi 30/12 (comme d’habitude)

Dimanche 31/12 : 14h00-18h00

On vous attend ;)!

200w

L’équipe du Grenier

Publicités

A malin, malin et demi

IMG_3305

A malin, malin et demi de Richard Russo (ed. La table ronde, Quai Voltaire)

J’ai découvert Richard Russo il y a une quinzaine d’années avec Le déclin de l’empire Whiting (prix Pulitzer en 2001), puis j’ai enchaîné avec Un homme presque parfait (adapté au cinéma en 1994 avec Paul Newman), Quatre saisons à Mohawk, et enfin A malin, malin et demi, qui vient de paraître. Tous d’extraordinaires romans, publiés en France dans la collection Quai Voltaire, aux éditions de La Table Ronde. J’avais été un peu déçu par quelques autres romans mais j’ai retrouvé avec A malin, malin et demi un de mes auteurs préférés.

North Bath, dans l’état de New York, n’est pas ce qu’on pourrait appeler une ville prospère et attrayante, dans laquelle il fait bon vivre. C’est même plutôt le contraire: des friches industrielles, un parc hôtelier à l’abandon, des bars miteux, et une fâcheuse tendance à attirer la poisse. C’est dans ce décor de bourgade insignifiante que les personnages de Richard Russo mènent leurs existences, ballotés comme tout un chacun par les aléas de la vie. Tantôt sympathiques et touchants, tantôt pathétiques ou détestables, tous sont humains et tentent de trouver le bon chemin vers une vie meilleure. Ou pas.

Dit comme ça, ce dernier roman de Richard Russo ne semble pas très engageant, et pourtant, c’est un de mes plus gros coups de cœur de cet automne. J’ai retrouvé ce qui m’avait tant plu dans les premiers livres de cet immense auteur : une grande tendresse envers ses personnages, un humour fugace, un intérêt sensible pour le charme des vies ordinaires et pour le quotidien dans ce qu’il a de plus banal, une sensation de proximité avec la ville et ses habitants qui me fait penser que si je devais m’y rendre demain, je ne m’y sentirais pas étranger.

Gaël

Tiens ferme ta couronne

images

Tiens ferme ta couronne, oui, la tenir fermement et avancer dans le dédale qu’est une vie. Comment écrire simplement sur ce roman ? That is the question dear ! Déjà, c’est une histoire où je me suis sentie bien : j’ai ri, compris, appris, ressenti. Le héros de Yannick Haenel est un Dude qui vit dans sa « grotte livresque ». En décalage avec l’incessante folie de notre monde, notre héros vogue sur son amour absolu des mots (il y convoque Melville, Kafka, Lowry, Joyce, Proust, Dostoïevsky…), ses pensées sont comme des strike et ses aventures (sortir au restaurant, sortir Sabbat le chien, sortir tout court) comme des spare. Oui, j’en reviens à l’étymologie du Big Lebowski mais il a cela en lui ce Jean Deichel : cette « Dude attitude », quoique plus angoissée et donc ô combien comique. Car lui aussi est dans l’Absolu avec un beau grand A et, par cet Absolu, le personnage entraîne le rire. C’est cette « rigolade » qui donne un rythme à ce récit qui est, tout à la fois : réflexion sur l’âme humaine, histoire loufoque sur l’inadaptation fondamentale des êtres humains à l’existence, panégyrique du film Apocalypse now, rencontre du septième Art en compagnie de l’énigmatique Michael Cimino (« découvreur », d’ailleurs, de Jeff Bridges, la boucle est bouclée:), essai sur la littérature dans le cinéma (et inversement), road-trip dans les rues de Paris (ville qui hoquette alors entre attentats, rencontres hautes en couleurs, mort de David Bowie et descente de Crs), vision métaphysiquo-mythologique d’un daim blanc et… histoire d’amûûûrrr qui remet droit notre personnage, cet endroit où il tait le rythme des mots pour suivre celui du corps de Lena. Tout cela dans un style vif et une composition digne d’un grand chef d’orchestre : chacune et chacun tient ferme son univers, rien ne se perd et tout se tient.Yannick Haenel bouscule les codes du récit, il nous donne à tenir notre couronne étincelante et finalement à croire, malgré tout, à notre feu intérieur. Un roman inclassable et incroyable !.

Tiens ferme ta couronne de Yannick Haenel chez Gallimard – 333 p. – 20 euros –

Vous pouvez vous le procurer ici 😉 :

https://www.librairielegrenier.com/livre/11480549-tiens-ferme-ta-couronne-prix-medicis-2017-yannick-haenel-gallimard#social-reviews

Fanny.

Le Grenier 2.0 : Oh Yeah!

Vous êtes fan de la librairie mais vous habitez loin? Vous venez nous voir pendant les vacances et, du coup, on vous manque le reste de l’année? Vous n’avez pas le temps de vous déplacer sur Dinan mais pas super envie d’aller nourrir de grosses structures qui aiment les paradis fiscaux? Taaalaaaaaaaaaaaaaaaaaaa! Le Grenier vous présente son nouveau site, sur la plateforme leslibraires.fr (regroupement de libraires indépendants) :

https://www.librairielegrenier.com/

Vous y retrouverez notre actualité et nos coups de cœur, comme sur les blogs, mais surtout vous pourrez y retrouver notre stock. Vous pouvez choisir d’être livrés partout en France et à l’international ou bien vous pouvez retirer votre commande en magasin. Le délai de livraison pour un livre que nous avons en stock est d’environ 48h, si c’est un livre que nous devons nous procurer, ajouter une semaine.

C’est pas moderne, ça?! Bref, on est super fiers!

giphy.gif

 

Les libraires masqué.e.s

Me voici

me-voici-939491-264-432

Me voici, Jonathan Safran Foer, traduction Stéphane Roques, éditions de l’Olivier, paru le 28/09/2017, 740 pages, 24.50€

L’autre soir, en rentrant du travail, je tombe sur cette émission de radio très chouette, La dispute. Je ne sais pas si vous connaissez mais, en gros chaque soir des critiques se réunissent pour critiquer (bah oui, c’est leur job!) des films, des bouquins, des performances etc. En gros, c’est un peu Le Masque et la Plume, le show et la mauvaise foi en moins (bon, du coup c’est un peu plus sérieux.). Enfin bref, je tombe sur la chronique de Me Voici, de Jonathan Safran Foer, que j’ai lu il y a un mois (je suis super à la bourre sur mes chroniques, si vous voulez avoir du récent, il faut venir à la librairie.). Et là, je me me dis, faites qu’ils l’aiment, faites qu’ils l’aiment, parce qu’on est toujours rassuré lorsque d’autres lecteurs partagent notre avis. Et là, ils arrivent vraiment à mettre en mots tout mon ressenti : l’ambition de Safran Foer, son humour, la profondeur de ses personnages. J’attendais Me voici avec impatience (Quelle impertinence de choisir ce titre, alors que plus de 10 ans se sont écoulés depuis son précédent roman Extrêmement fort et incroyablement près!). Je me rends compte que je ne vous ai même pas raconté de quoi il s’agissait. Et mon post est déjà bien long. Je peux juste vous dire que c’est pour moi, un des meilleurs romans de la rentrée, que j’ai ri et que j’ai aussi été émue aux larmes, que même si Safran Foer met en scène une famille juive au bord de la crise de nerf, on s’y retrouve tout à fait tant les thèmes qu’il aborde sont universels. Je vous mets donc le lien vers l’émission ;). Et surtout, n’ayez pas peur des 740 pages, il y a beaucoup de dialogues et Safran foer a un vrai sens du rythme!

https://www.franceculture.fr/emissions/la-dispute/litterature-aimer-lawrence-me-voici-trois-jours-chez-ma-tante

 

Emma

 

Une partie rouge

Une partie rouge

Maggie Nelson, poétesse de la côte ouest des États-Unis, originaire de Sausalito, a roulé sa bosse littéraire jusqu’à l’est de son pays. Cette auteure existe par, et au travers de l’écriture, comme une seconde peau qui l’oblige à muer, se transformer, questionner, créer. Dans Une partie rouge, traduit par Julia Deck, Maggie Nelson va nous donner un récit autant sincère qu’élégant. Ce n’est pas une « histoire », Maggie le dit elle-même, elle n’invente pas: elle écrit les faits, s’interroge, rassemble les témoignages, met en corrélation ses souvenirs avec ceux des « autres », ceux de sa famille marquée au fer rouge par l’assassinat en 1969 de sa tante maternelle, Jane Mixer, dans le Michigan. Un meurtre irrésolu. Maggie se penche sur le destin tragique de cette tante qu’elle n’a pas connu mais dont le destin a notablement impacté sa vie, à chaque instant, jusqu’à réaliser en 2004 un recueil de poésie intitulé Jane: A murder. C’est aussi au moment de la publication de l’ouvrage, qu’un inspecteur, Eric Schroeder, appelle la mère de Nelson pour lui annoncer qu’un suspect, un certain Leiterman, vient d’être arrêté. Un nouveau procès s’annonce et l’auteure nous raconte, avec une grande honnêteté intellectuelle, ce que cela rouvre comme blessures pour les proches de la disparue. J’y ai lu son carnet de bord, ses réflexions intimes, les souvenirs familiaux qui refont surface, le hasard qui n’en est pas un, sa vie de femme construite sur l’image d’une autre femme qui, certes a disparue, mais dont la mémoire reste vivace, miroir de l’âme de l’auteure. Nelson note en préambule de son histoire, cette phrase de Nietzsche: « Dans toute volonté de connaître, il y a une goutte de cruauté ». Je me permets de rajouter du courage, et Nelson en a eu pour nous livrer sa vérité brute, qui brise les non-dits, les tabous et confronte la réalité. Un récit intense et vibrant d’émotion, qui touche et ne peut, nous aussi, nous laisser indemne.

Une partie rouge de Maggie Nelson aux Éditions du Sous-Sol. 224 p. – 20 euros –

Fanny.

Craig Johnson au Grenier! Youpi yeehhaaa!

DSC_9395

Yeehhaaaaa! et oui, nous avons vécu, avec les 80 lectrices et lecteurs des aventures de Walt Longmire (aux éditions Gallmeister pour ne pas les citer 😉 une très belle soirée en compagnie du généreux et talentueux Craig Johnson et de sa formidable traductrice (devenue amie depuis tout ce temps) Sophie Aslanides.

DSC_9453

Un moment de partage autour de cet auteur américain tant aimé en France. Nous avons parlé de L’Ouest, de cet incroyable shérif d’Absaroka County (en main propre, nous avons même reçu l’étoile du Comté, la grande classe! hihi) qui est aussi habile à manier le Colt qu’à évoquer Shakespeare, Dante ou la spiritualité indienne.

DSC_9359

DSC_9398

Nous avons essayé, vainement, de savoir quelques secrets sur la suite de son héros, mais tel un indien des Plaines, Craig Johnson est resté stoïque et implacable 🙂 Avec son sens de l’humour devenu légendaire, nous avons convoqué ses souvenirs personnels qui teintent son œuvre, son travail d’écrivain, sa relation si affectueuse avec ses personnages, ses lectures, son regard sur l’Ouest, l’imaginaire collectif, son amour pour la France et tant de chouettes anecdotes. Il est reparti, chapeau de cow-boy visé sur la tête et nous des étoiles dans les yeux. Un grand merci à Craig, sa femme Judy, la géniale Sophie et la brillante équipe des éditions Gallmeister. Un merci aussi à vous, qui prenez le temps de lire autant le blog que les livres et de venir pour ces rencontres. Et puis une spéciale dédicace à Michel Forget qui nous a fait ces si belles photos.

DSC_9487

Vivement Mars  2018 pour la suite de notre shérif préféré! Yeehhaaaaa!!! Que du bonheur 🙂

Les libraires masqués.