Bruce Holbert à la librairie

Affiche Bruce Holbert-page-001

Réservez-vite votre mardi 4 octobre pour venir assister à la première rencontre de la saison 2016-2017. C’est avec la littérature des grands espaces (étonnant, non?) que nous débutons nos rencontres. Nous avons le plaisir d’accueillir Bruce Holbert, auteur du sombre Animaux solitaires (paru en 2013) et du puissant L’heure de plomb (parution le 01/09/2016).

Chronique de L’heure de plomb ci-dessous :

https://gaeletemmalibraires.wordpress.com/2016/07/21/lheure-de-plomb/

La soirée débutera à 19h00 et se déroulera à la librairie. Bruce Holbert sera accompagné d’une interprète (Marie-Anne Lacoma, qui était présente lors de la rencontre avec Pete Fromm, l’année dernière). Nous aurons l’occasion de découvrir cet écrivain et l’univers de ses romans.

Comme à chaque rencontre, nous poursuivrons avec un apéritif dinatoire.

Bref, ça promet d’être sympa, donc si vous êtes par là, vous êtes les bienvenus🙂 (n’oubliez pas de vous inscrire au préalable).

Les libraires masqués

 

 

Les animations reprennent!

Petit déjeuner littéraire : samedi 03 septembre

petit dej

Apéro littéraire : jeudi 08 septembre

apéro litt

Eh oui, c’est déjà la rentrée! A peine passée la mi-août, c’est toujours la même chose : c’est la rentrée partout, des cartables par palettes, les rendez-vous à prendre, les inscriptions aux diverses activités..on a encore du sable entre les orteils qu’il faut se projeter dans la saison 2016/2017! Alors la rentrée, ok, mais en douceur et en prenant un peu de plaisir au passage. Nous vous proposons donc deux animations conviviales :

Samedi 03 septembre : Petit déjeuner littéraire

Rendez-vous à 9h30 au Café Noir. Comme d’habitude, il n’y a pas de thématique si ce n’est le livre. Venez échanger autour de vos dernières lectures, de vos auteurs favoris etc.

Jeudi 08 septembre : Apéro littéraire

Retrouvez-nous au Nez Rouge à 18h30 (en terrasse s’il fait beau :)). Nous parlerons rentrée littéraire. Qu’elle soit suivi où non, la rentrée littéraire est très présente dans les médias. On ne peut pas y couper non plus dans les librairies. Certains auteurs sont partout, d’autres passent malheureusement à la trappe. Et vous, que représente cette rentrée pour vous?

Inscrivez-vous à la librairie si une de ces animations (ou les deux) vous intéresse. Une participation de 4.50 € (boisson chaude+jus d’orange+viennoiserie) vous sera demandée pour le petit dèj. Pour l’apéro littéraire, la participation est de 4 € (boisson avec ou sans alcool + petites choses à grignoter)

 

Les libraires masqués

 

 

La vie des autres

img1c1000-9782371190450

La vie des autres, Neel Mukherjee, Piranha, 560 pages, 24.90 euros, paru le 19/08/2016

C’est, pour moi, un des titres importants de cette rentrée étrangère 2016.

Calcutta, fin des années 1960. Nous sommes aussitôt plongés dans le quotidien des Ghosh, famille bourgeoise sur le déclin. Les secrets des uns et des autres et les rivalités nous montre ce clan au bord de l’implosion, au moment même où la société bengalie subit différentes transformations. Le conflit des générations, le fossé qui se creuse entre les nantis et les pauvres, les liens familiaux qui se délitent…Neel Mukherjee dépeint avec brio une société indienne sclérosée à travers des personnages attachants et profonds.

Enorme coup de cœur, donc, pour cet ouvrage finaliste du Man Booker Prize en 2014. C’est un roman, foisonnant et relativement exigeant (on a vite fait de s’emmêler les pinceaux avec les personnages) mais l’effort du début est hautement récompensé par la suite.

A découvrir absolument!

 

Emma

Je croule, tu croules, il croule, nous croulons,…

IMG_2227

Après une (toute petite) trêve estivale, les cartons de nouveautés sont de retour! Et la frustration de ne pas pouvoir tout lire également.

Parmi nos coups de coeur, sont sortis cette semaine:

  • Ecoutez nos défaites de Laurent Gaudé (Actes Sud)
  • 14 Juillet d’Eric Vuillard (Actes Sud)
  • Le Garçon de Marcus Malte (Zulma)
  • La Succession de Jean-Paul Dubois (L’Olivier)
  • Un Paquebot dans les arbres de Valentine Goby (Actes Sud)
  • Soyez imprudents les enfants de Véronique Ovaldé (Flammarion)
  • La Valse des arbres et du ciel de Jean-Michel Guénassia (Albin Michel)

Quelques idées de lectures en attendant la semaine prochaine!🙂

Gaël

 

Les petites chaises rouges / Soyez imprudents les enfants

030

Les petites chaises rouges d’Edna O’Brien

Dans le village irlandais de Cloonoila, la vie va paisiblement au milieu des vertes collines. Le pub et l’église sont toujours là pour mettre les villageois en reliance. Il y règne une ambiance de feu de bois, de poésie, de bières avalées goulûment , de prières récitées méthodiquement et de commérages débités facilement. Un jour arrive un homme auréolé de mystère, tel un saint avec sa barbe blanche et sa chevelure immaculée. Il dit se nommer Vladimir Dragan, dire venir du Monténégro et être, tout à la fois, guérisseur, docteur et poète. Fidelma, belle du village mariée à un homme beaucoup plus âgé qu’elle, va tomber sous le charme magnétique de cet homme. Mais le dénommé Vladimir est arrêté puis démasqué: sa véritable identité est révélée: il est l’un des monstres les plus sanguinaires du XXe siècle. Le titre choisi par Edna O’Brien s’éclaire alors, rappelant les 11541 petites chaises rouges installées à Sarajevo en 2012 pour commémorer les victimes du siège. Le personnage de Dragan est inspiré du génocidaire Radovan Karadzic. La prose éblouissante d’O’Brien éclaire le destin de cette femme, Fidelma, prise dans l’étau de cette société irlandaise conservatrice, qui devra fuir vers Londres pour y vivre honteuse et apeurée, se reconstruisant comme elle le peut. Entre clarté et obscurité, entre poèmes lyriques et scènes crues, entre amour et horreur, Les petites chaises rouges est un roman d’une grande finesse qui raconte la violence d’une société et la culpabilité d’une femme. Intense et flamboyant.

Les petites chaises rouges d’Edna O’Brien – Ed. Sabine Wespieser – 360 p. – 23 euros – Parution le 08 septembre 2016

 

Soyez imprudents les enfants

Atanasia Bartolome, 13 ans, nous parle d’elle, de sa famille, de cette enfance fanée qui explosera de couleurs le jour où elle restera en contemplation devant une toile du peintre Roberto Diaz Uribe au musée de Bilbao. Cette découverte artistique sera, pour Atanasia, une porte ouverte sur le monde, et fera de sa vie une quête. Véronique Ovaldé entraîne son lecteur à travers les branches noueuses et les racines profondes de l’arbre généalogique des Bartolome. Tout son roman oscille entre la recherche compulsive d’Anatasia sur ce peintre qui fit chavirer sa vie, cette quête insatiable du mystère et les histoires de ses ancêtres depuis ce petit village d’Uburuk en 1630. “Soyez imprudents les enfants” est un conte qui vous emporte sur des chemins de traverse, avec pour amer remarquable une Anatasia vibrante et attachante. Voici donc un roman coloré et totalement dépaysant !

Soyez imprudents les enfants de Véronique Ovaldé – Ed. Flammarion – 352 p. – 20 euros – Parution le 17 Août 2016 –

Visite du matin, visite pleine d’entrain

024

Exprimer nos coups de cœur, ou notre état d’esprit du moment, sur un blog, c’est un peu comme jeter un mot dans un vaste espace, on ne sait pas trop qui cela va toucher, qui cela va surprendre ou même mettre en désaccord. Et puis ce matin, nous avons eu la visite d’une pétillante famille, Marie-Thérèse, son mari et Laurence, l’une proche de Lorient, l’autre proche de Rouen. Marie-Thérèse regarde chaque jour le blog du Grenier et elle est déjà sur les starting-blocks pour la Rentrée Littéraire qui s’annonce : une passionnée des livres, une croqueuse de romans avec des yeux pétillants. C’était extrêmement touchant de les entendre parler de leurs  ouvrages favoris, de leurs rencontres avec les auteurs (de Delphine de Vigan en passant par Ron Rash, huhuhu), de leurs envies de partage. Un grand merci pour leur venue qui nous a mis en joie, c’est toujours un plaisir ces rencontres fortuites et généreuses.

Les libraires masqué(e)s.

Retour de vacances!

Que ce retour de vacances fut dur quand à 9h30 mardi dernier il fallut rattaquer!

Heureusement, à 9h35 l’enthousiasme était de retour lui aussi, grâce notamment à la gentillesse des collègues et de certains clients. C’est parti pour une fin d’année bien remplie!

IMG_2204

J’en profite pour vous parler d’un coup de coeur qui paraîtra le 18 août: Le Garçon de Marcus Malte (Ed. Zulma).

Elevé par sa mère dans une petite ferme isolée de tout, sans avoir jamais eu de contacts avec la civilisation, le garçon, comme le désigne le narrateur, ne parle pas. A la mort de celle qui fut son seul repère, il ne sait comment réagir. Elle lui avait seulement dit de bruler son corps quand le moment serait venu. Ce qu’il fait. Ne lui reste ensuite qu’à partir vers un monde dont il ne connaît rien, à la rencontre et à la découverte des hommes et d’un pays, la France. Nous sommes en 1908.

Dans une langue vibrante et sculptée, Marcus Malte nous donne à lire un roman d’apprentissage prodigieux, mêlant à la fois la colère et l’indignation, l’innocence et la beauté.

J’ai adoré!

Gaël