Le coup du lapin

dav

Pendant que nous dévorons quelques uns des ouvrages de ce qui va être la -belle- Rentrée Littéraire prochaine, nous découvrons encore et toujours des pépites qui attendent toujours bien sagement sur les tables. Il y en a une au Tripode qui m’a fait rire et que j’ai adoré, elle se nomme : Le coup du lapin de Didier Paquignon ou comment l’absurdité humaine peut, sous le coup de patte d’un artiste, vous rendre la vie joyeuse. En voilà un ouvrage qui se dévore tel un lapin pubertaire qui a un coup de chaud… sisi ça existe vous verrez. Et puis pour mieux vous dire ce livre qui a vraiment un beau grain… de fantaisie-youpi-youpi, quoi de mieux que sa quatrième de couverture :

« Depuis des années, un peintre glane pour le plaisir des faits absurdes dans des journaux, des livres et des sites internet. Que ces évènements soit tragiques ou ubuesques, véridiques ou inventés, peu lui importe : Didier Paquignon traduit ces moments d’absurde par des images incongrues. Le coup du lapin, et autres histoires extravagantes en rassemble une hilarante sélection, parmi les centaines de dessins conçus à ce jour par l’artiste ».

En parlant d’artiste, un grand merci à ma collègue Natacha qui a choisi de se transformer  en perroquet sous Prozac (viens acheter le livre pour lire l’histoire) le temps de cette photo, et à Célia pour ce sublime portrait toute en finesse 😉 Merci Didier Paquignon pour ces monotypes bien sentis qui illustrent à merveille la folie de notre monde, j’en ai eu de vrais fous rires.

Fanny.

 

Publicités

Des coups de cœur pour l’été!!

IMG_3598

Comme chaque année, nous vous proposons une petite sélection poche des coups de cœur que nous avons accumulés au fil des années : du policier, des comédies, des romans tendres, poignants, qui vous accompagneront cet été. Que vous partiez en vacances ou non, ces livres vous permettront de voyager!

Malheureusement, tous les titres ne figurent pas sur la photo alors si vous souhaitez en savoir plus, il va falloir passer nous faire un petit coucou. D’ailleurs la température est beaucoup plus agréable dans la librairie que dehors : passez vous rafraîchir ;)!

giphy

 

Les libraires masqué.e.s

 

Encore une chouette rencontre ;)!

Spoiler alert : Gaël ne porte pas de masque!!

 

IMG_20180601_192342

Merci à Thomas Giraud pour cette rencontre passionnante autour de Jackson C. Frank et de son roman. C’est pour ce genre de moments que nous sommes libraires : l’échange, la générosité, le partage…et cette fois-ci, nous avons eu le plaisir d’avoir un peu de musique (eh ouais, en direct live!!). Pour ceux qui n’ont pas pu venir, voici les vidéos :

 

Je crois que ces morceaux ont fait l’unanimité. Gaël tu recommences quand tu veux ;)!

 

Emma

Le labyrinthe des esprits

IMG_3582

Le labyrinthe des esprits, Carlos Ruiz Zafón, traduction Marie Vila Casas, Actes Sud, parue le 02/05/2018, 840 pages, 27€

Tout le monde (ou presque) a entendu parler de Carlos Ruiz Zafón et de son titre devenu culte : L’Ombre du vent (paru il y a une petite quinzaine d’années). Ayant raté le coche à l’époque, j’ai donc découvert l’auteur avec son nouveau roman. Et quelle découverte! Un livre prenant, romanesque, bien écrit, une intrigue qui se déploie au fil des pages, des personnages attachants, une Barcelone en clair-obscur..bref, j’ai été plus que conquise!! Par ailleurs, en tant que néophyte de Zafón, je n’ai eu aucun problème à entrer dans son univers. S’il est bien fait mention de certains personnages de L’Ombre du vent, nous ne sommes à aucun moment perdus, juste titillés par l’envie d’aller lire son premier opus.

Gaël (dont je suis la secrétaire pour cet article. Tranquille, quoi ;)!) qui avait, quant à lui, beaucoup aimé L’Ombre du vent lors de sa parution, m’a confié avoir également eu un coup de cœur pour Le labyrinthe des esprits :

« J’ai retrouvé, l’écriture, l’atmosphère que j’avais beaucoup aimé à l’époque. L’histoire ne se déroule pas tout à fait à la même époque, mais Barcelone a conservé son aura si particulière et les personnages sont tout aussi attachants. »

                                                                                                 Gaël, libraire au Grenier

En bref, lecteurs avertis ou non de Zafón, si vous avez envie d’un bon pavé (presque 1kg, tout de même) et de vous laisser embarquer dans un texte romanesque, foncez!!

 

Gaël et Emma

 

Here come the blues ( 5 et presque fin ;)

C’est un jeune fan (Jim Abbott) qui, dans les années 90, retrouve la trace de Jackson C. Frank. Infirme, celui-ci est retourné vivre chez sa mère. Jim Abbott va tenter de le remettre en selle (il enregistrera une démo en 1995) mais la santé de Jackson a passé le point de non retour. Il meurt en 1999.

Bon! Pourquoi vous parler de cette triste histoire, me direz-vous !

Parce qu’un auteur, Thomas Giraud, s’est imprégné de ce destin tragique pour écrire ce qu’on pourrait appeler une biographie poétique. La ballade silencieuse de Jackson C. Frank est un arpège merveilleux, un roman mélodieux et mélancolique dont les accords ont été choisis avec soin. On place une main sur l’épaule de Jackson, et on se laisse happer par la musique d’une vie.

jackson

La ballade silencieuse de Jackson C. Frank de Thomas Giraud (éditions La Contre Allée)

Gaël

Taqawan sur Dinan

C’était samedi, c’était joyeux, c’était passionnant, c’était fun, c’était dans le partage, c’était grandement intéressant, c’était  Eric Plamondon au Grenier! 🙂

1051

Retour donc sur l’ouvrage Taqawan, aux éditions Quidam, mais aussi sur l’excellente trilogie 1984 et sur le recueil de nouvelles Donnacona (dont la magnifique Ristigouche). Après le soleil, la grêle, les rencontres étonnantes au milieu de plantes vertes dans la plus vieille rue de la ville (pas de photos de ces instants, nous étions en mode « éponges »), Eric Plamondon a ensuite pris place pour embarquer ses lecteurs, attentifs et avertis, au sujet de Taqawan.

1038Il a été question des Peuples Premiers, de la politique québécoise et canadienne, de la mémoire collective, de la forme du récit, de la question indienne, de baleine et même de musique un peu plus tard 😉 Bref: un très chouette moment d’échanges. Un grand merci à tout ce beau monde! Viva Taqawan!

1055

Les libraires masqué(e)s.