Hérésies glorieuses

IMG_3091

Hérésies Glorieuses, Lisa McInerney, traduction Catherine Richard-Mas, Joëlle Losfeld, paru le 18/08/2017, 464 pages, 23.50€

Cork, aujourd’hui. Une galerie de personnages tous un peu cassés par la vie dans une Irlande plutôt austère. Vous l’avez compris, nous ne sommes pas dans la comédie de la rentrée mais dans un texte qui tient pas mal du roman noir avec ses anti-héros auxquels on s’attache volontiers : Ryan, 15 ans qui tente d’échapper à un destin de dealeur, Maureen qui après 40 ans d’exil retrouve son fils qu’elle avait du abandonner de force, Georgie, une prostituée qui tente une conversion religieuse et bien d’autres encore.

Lisa McInerney signe un premier roman très réussi que je vous invite à découvrir.

Emma (de retour à la librairie :))

Les fantômes du vieux pays

IMG_3088

Les fantômes du vieux pays de Nathan Hill (ed. Gallimard)

Un roman américain comme je les aime!

Mêlant chronique sociale, fresque familiale et histoires intimes, Les fantômes du vieux pays est proche de la perfection. Il y a un peu de Jonathan Franzen chez Nathan Hill, un peu de Russell Banks aussi. Encore un auteur américain dont on attendra avec impatience les prochains livres.

Voici la quatrième de couverture rédigée par les éditions Gallimard:

« Scandale aux États-Unis : le gouverneur Packer, candidat à la présidentielle, a été agressé en public. Son assaillante est une femme d’âge mûr : Faye Andresen-Anderson. Les médias s’emparent de son histoire et la surnomment Calamity Packer. Seul Samuel Anderson, professeur d’anglais à l’Université de Chicago, passe à côté du fait divers, tout occupé qu’il est à jouer en ligne au Monde d’Elfscape. Pourtant, Calamity Packer n’est autre que sa mère, qui l’a abandonné à l’âge de onze ans. Et voilà que l’éditeur de Samuel, qui lui avait versé une avance rondelette pour un roman qu’il n’a jamais écrit, menace de le poursuivre en justice. En désespoir de cause, le jeune homme lui propose un nouveau projet : un livre révélation sur sa mère qui la réduira en miettes. Samuel ne sait presque rien d’elle ; il se lance donc dans la reconstitution minutieuse de sa vie, qui dévoilera bien des surprises et réveillera son lot de fantômes.
Des émeutes de Chicago en 1968 au New York post-11-Septembre en passant par la Norvège des années quarante et le Midwest des années soixante, Nathan Hill s’empare de l’Amérique d’aujourd’hui et de ses démons et compose avec beaucoup d’humour une fresque aussi ambitieuse que captivante »

Pas mieux! 🙂

Gaël

Cinq vies, cinq rivières, à Salisbury

IMG_3086

Ce qu’on entend quand on écoute chanter les rivières de Barney Norris

Ed. du Seuil (parution le 17 août 2017)

Premier coup de cœur de la rentrée pour ma part. M’étant fait piquer mon exemplaire par … une femme (j’en suis sûr! :)), j’ai fait l’effort d’imprimer la première de couverture pour que vous puissiez vous jeter dessus dès sa parution.

Dans ce premier roman de Barney Norris, cinq histoires vont se succéder. Celles de Rita, fleuriste, du jeune Sam, de George le fermier, d’Alison, femme de soldat, et de Liam, agent de sécurité. Des vies sans grands éclats, des vies minuscules, ordinaires mais ô combien touchantes! Dans la petite ville anglaise de Salisbury, dans le Wiltshire, un évènement tragique sera le point de rencontre de ces cinq trajectoires.

L’amour, la solitude, l’espoir et l’incertitude sont ici les thèmes abordés avec une bouleversante simplicité, au plus près de l’intime. J’espère que l’auteur saura garder cette sensibilité et cette justesse dans son prochain roman que j’attendrai impatiemment.

Gaël