Un membre permanent de la famille

???????????????????????????????

Il est parfois des lectures qui s’ajustent si bien à nos moment de vie, qui prennent l’esprit et le cœur, osent la surprise et les émotions contradictoires. Dans une composition directe et prenante, le grandiose Russel Banks et son recueil de douze nouvelles intitulé « Un membre permanent de la famille » vient vous chercher là où vous ne le devinez pas : au détour d’une action, derrière le sourire d’un personnage, sous le vernis d’une « famille parfaite ». Ce sont des histoires émouvantes, déstabilisantes, trépidantes; bref, l’auteur nous offre ici plusieurs toiles où se dessinent les fragilités des petits êtres que nous sommes. Un régal de lecture.

« Un membre permanent de la famille » de Russel Banks (Actes Sud) -22 euros-

Fanny

Publicités

Et de deux !

seigle

J’ai ouvert Je vous écris dans le noir avec une certaine attente car, j’avais beaucoup aimé le précédent ouvrage de Jean-Luc Seigle : En vieillissant, les hommes pleurent. Et puis, je me disais : « Deux coups de cœur en littérature française dans la semaine, c’est peut-être trop demander! ». Eh bien, non, pas du tout, encore une belle découverte.

L’auteur s’empare de l’histoire de Pauline Dubuisson, tondue à la libération puis, incarcérée pour assassinat quelques années après. A l’époque la jeune femme avait été traînée dans la boue, sans qu’elle ne puisse réellement avoir voix au chapitre. Le but de Jean-Luc Seigle n’est pas de donner une autre version des faits, nous sommes bien dans un roman, mais d’imaginer ce que Pauline Dubuisson a pu ressentir, les raisons qui ont pu la conduire à certains actes, sans jamais émettre de jugement.

Bref, je n’ai pas été déçue et vous recommande vivement ce texte. Et pour ceux qui ne l’ont pas lu, En vieillissant, les hommes pleurent existe en poche.

Emma

Youhou!! Il est arrivé!!

IMG_0688 couv rivire

Comme chaque année, nous attendions avec impatience le nouveau Craig Johnson. Et depuis ce matin, ça y est, il est à la librairie. Ne reste plus, désormais, qu’à l’ouvrir et se plonger, avec délice, aux côtés du shérif Walt Longmire (et, avec un verre de scotch au coin du feu, le plaisir n’en est que décuplé :)).

Et un beau coup de cœur en litté française!

 

 

???????????????????????????????

Amours, Léonor de Récondo, Sabine Wespieser, 276 pages, 21 euros

Et c’est donc Léonor de Récondo qui ouvre le bal des coups de cœurs en littérature française pour cette rentrée de janvier. Auteur que je découvre avec ce texte, Amours, qui m’a transportée.

L’histoire se déroule dans une maison bourgeoise, au début du siècle, dans une sorte de huis clos. La première scène s’ouvre sur Anselme qui « force »(bah oui, dans ce milieu et à cette époque on utilise « forcer » et non pas « violer », un terme bien utile pour minimiser les faits) Céleste, la jeune domestique de la maison. Cela a lieu régulièrement et Céleste se tait, préférant ne pas se faire remarquer. Victoire est, quand à elle, l’épouse d’Anselme depuis 5 ans, attendant vaguement que quelque chose se passe (un enfant, par exemple), n’étant absolument pas épanouie dans ce mariage de raison. Chacun vivote ainsi de son côté jusqu’au moment où Céleste découvre qu’elle est enceinte, ce qui bouleverse ses rapports avec Victoire.

Un roman où chaque phrase sonne juste, des personnages qui se métamorphosent au fil du texte, une atmosphère  qui se tend au fur et à mesure, et surtout, une magnifique histoire d’amours.

Emma

 

Alain Emery en dédicace

IMG_0682

Alain Emery sera en dédicace à la librairie à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage : La racine du fleuve. N’hésitez pas à venir à sa rencontre, samedi 14 février, à partir de 10h00, pour découvrir son recueil de nouvelles dont l’écriture est, une fois de plus, remarquable.

Exposition Simplement afghanes

IMG_0671

IMG_0670

A l’occasion de l’exposition Simplement afghanes et en partenariat avec l’association Rennes-Afghanistan, nous vous proposons une sélection d’ouvrages autour de ce pays. Le vernissage aura lieu demain et une table ronde est également prévue à 16 heures, à la bibliothèque, avec Marie Druart, présidente de l’association et Nicole Kiil-Nielsen, ancienne députée européenne (Les Verts-Europe écologie) sur la situation de l’Afghanistan aujourd’hui et celle des femmes afghanes.

Americanah

americanah

Americanah, Gallimard, 24.50 euros, paru le 01/01/2015, 528 pages

Quand Ifemelu, jeune nigériane, arrive aux Etats-Unis pour y faire ses études, elle prend conscience que sa couleur de peau est un marqueur dont elle ne peut se détacher. Elle est une femme noire dans un pays profondément marquée par le racisme et ce facteur devient prépondérant dans les conversations qui peuvent s’engager (ou pas d’ailleurs). Ifemelu décide alors de créer un blog où, avec un ton très personnel et irrévérencieux, elle rend compte du quotidien qu’elle vit en tant que « jeune femme noire non-afro-américaine ».

Une écriture parfaitement maitrisée qui nous entraîne au Nigéria et aux Etats-Unis, un ton, des personnages très bien dessinés, une atmosphère…tous ces éléments font de ce roman un très gros coup de cœur en cette rentrée d’hiver.

Emma