Lectures Critic!

IMG_1485

Les éditions Critic, issues de la librairie éponyme située à Rennes, ont une ligne éditoriale assez claire: publier des romans populaires aussi captivants et passionnants qu’accessibles au plus grand nombre, à travers trois collections, Thriller, Fantasy et Science-Fiction.

L’avantage avec les éditeurs qui ont su se forger une identité propre, c’est que lorsque vous avez gouté et apprécié leur cuisine, vous avez tendance à y revenir et à ne pas être déçu.

Dans la collection Thriller, après les succès du Projet Bleiberg de Davis S. Khara, de Point Zéro d’Antoine Traqui ou de Goodbye Billy de Laurent Whale, vient de paraître Soleil Noir de Christophe Sémont. Action, rythme soutenu, c’est un roman prenant dans lequel un homme assoiffé de vengeance va mettre en lumière un projet monstrueux initié depuis des décennies dans le plus grand secret. L’occasion pour l’auteur de nous rappeler la cruauté des dictatures du siècle dernier, et notamment dans certains pays d’Amérique du Sud.

Dans la collection Fantasy, j’ai beaucoup aimé le dernier roman de Lionel Davoust, Port d’Ames. Une fantasy dans laquelle les luttes de pouvoir, les complots machiavéliques et les intrigues ont la part belle. Une fantasy où la poésie et la science tiennent une place prépondérante. Ceux qui ont aimé Robin Hobb ou Brandon Sanderson (notamment le cycle Fils-des-Brumes) devraient s’y retrouver.

Pour ne pas laisser les amateurs de SF en reste, j’aimerais citer l’excellent Dominium Mundi de François Baranger.

Gaël

Publicités

Jeremy Fel à la librairie

eflyer_Fel_4dec

Nous avons le plaisir de recevoir Jeremy Fel à la librairie pour son puissant Les loups à leur porte, (grand coup de cœur de nous trois), vendredi 4 décembre, à partir de 15h00.

Petit rappel de la chronique de Fanny publiée fin Août sur le blog :

« Par où commencer pour vous parler de cet ouvrage… débuter par “âmes sensibles s’abstenir”? ou par un plus consensuel “ceci est un roman chorale qui vous sortira de l’ordinaire et plus encore”?. Dans tous les cas, ces histoires en reliance vous happeront dès le début et vous ne pourrez lever le bout du nez qu’à la toute dernière page. « Les loups à leur porte » est un premier roman, pour l’auteur français Jérémy Fel, qui ne peut en aucun cas vous laisser indifférent tant l’atmosphère est dense dès le premier destin annoncé. Il y a des morts annoncées, des fantômes du passé, un monstre qui en remplace un autre, de la rédemption, de la violence inouïe, de la possession mais aussi une part plus lumineuse  qui vous redonnera du souffle. Au fur et à mesure on pourrait se croire dans un film à mi-chemin entre l’univers de Lynch et celui d’Hitchcock avec une pointe de Stephen King à ses grandes heures. Les personnages ne vous laisseront pas en paix, ils vous plongeront dans l’angoisse tout autant qu’ils vous ramèneront à l’essentiel de la vie. Ce chassé-croisé constant entre visions cauchemardesques et amour inconditionnel donnent à ce livre une intensité foudroyante dont il serait dommage de passer à côté… pour le meilleur et pour le pire. »

« Les loups à leur porte » de Jérémy Fel (Payot-Rivages) – 20 euros – 435 p.

Les libraires masqués

Les Saisons

Les Saisons.JPG

Des livres, des histoires et parfois de très belles images qui défilent comme pour « Les Saisons« , ouvrage paru chez Actes Sud (d’après le film de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud, dont la sortie au cinéma est prévue le 27 Janvier). Au fil des pages on vous emmène au cœur des forêts et des grands espaces, au sein du règne animal et végétal. On plonge dans le grand format, on admire la qualité photographique, on est époustouflé par le travail des dresseurs et autres imprégnatrices. On remarque aussi les bouleversements qui se sont enchaînés à un rythme effréné et, à contrario, on prend le temps de lire, de voir, d’apprendre. Un très beau livre qui apaise en faisant la part belle à la nature vaste et entière.

« Les Saisons » chez Actes Sud – 279 pages – 36 euros –

Fanny

Prix S.F/Polar : le verdict

IMG_1439

C’est donc La fille du train (12 votes sur 33 et talonnée de près par Deep Winter) qui remporte le Prix des Lecteurs du Grenier pour la section Policier et Prime Time (6 votes sur 17,à 1 voix près devant Nexus) pour la S.F. Nos pronostics n’étaient pas tout à fait ceux-là et c’est toujours amusant d’être surpris.

Le prochain prix concernera le poche et sera lancé en janvier.

Les libraires masqués

Tiens, tiens…2 coups de coeur chez les américains.

IMG_1411

Oui, je sais, il n’y a pas que les romans américains etc, etc. Ceci étant dit, mes deux derniers grands coups de cœur se passent Outre-Atlantique et je compte bien vous les conseiller.

carthage

Tout d’abord, le dernier Joyce Carol Oates, immense romancière, qui signe Carthage. L’histoire d’une jeune fille qui disparait, d’une famille qui remue ciel et terre pour la retrouver, d’un homme qui revient bouleversé de la guerre d’Irak. Un ouvrage où l’Amérique, les liens familiaux, la violence et l’amour sont omniprésents. Le tout avec des personnages très bien travaillés et une intrigue qui nous tient en haleine. Bref, un très bon Oates (et pour ceux qui peuvent être impressionnés par l’auteur, ce titre est vraiment très accessible).

peindre pecher

Et puis Peindre, pêcher et laisser mourir de Peter Heller, qui devrait plaire aux amateurs de Nature Writing. Colorado, aujourd’hui, Jim Stegner (ça donne déjà le ton!), pêcheur émérite et peintre à la mode, vivote dans la petite bourgade de Paonia, tentant de se remettre d’un mauvais coup du sort. Lorsqu’il choisit de s’opposer à Dellwood, ulcéré par la violence dont ce dernier fait preuve avec un cheval, l’engrenage commence. Un (anti?)héros attachant (sinon vous n’avez vraiment pas de cœur!), des paysages somptueux, une histoire poignante mais aussi de la peinture et de la pêche à la mouche. Que demander de plus?

Emma

P.S : Promis, les prochains coups de cœur se dérouleront ailleurs, je suis en auto-interdiction de lire des romans américains. Quoique, un nouveau Craig Johnson vient d’arriver…

Et les primés sont…

IMG_1401

…bah pas nos coups de cœur! Pourtant, on en avait plein. Des chouettes romans denses ou plus légers, forts, prenants, bien écrits, poétiques, surprenants. Mais, cette année, qu’on se le dise, il y a une totale inadéquation entre le choix des différents jurys et les romans qui nous ont transportés. Petite chance peut-être avec Le Grand Prix de la Littérature Américaine (résultat ce midi) et Le Goncourt des Lycéens (le 12 novembre).

Et puis sinon, ce n’est pas très grave non plus, hein :)!

Emma