Terminus Radieux: le cauchemar du libraire! :)

volodine[1](A paraître fin août)

C’est le premier livre d’Antoine Volodine que je lis, et ce fut une lecture déroutante. Soyons clairs, j’ai beaucoup aimé. Le problème, c’est que je ne vois pas à qui le conseiller (aaarh! Frustration!).

Tout d’abord, il y a le style: exigeant et parfois étourdissant. Il faut accepter de ne pas tout comprendre et de se laisser envahir. Ensuite, c’est un roman que l’on peut qualifier d’anticipation: nous sommes entre steppe et taïga sibérienne, alors que la Deuxième Union Soviétique vient de s’effondrer, et que toute la région est irradiée suite à plusieurs catastrophes nucléaires, en compagnie de personnages étranges, pour beaucoup à l’article de la mort, et que nous allons suivre sur les chemins d’un inaccessible paradis soviétique, vers un semblant de vie, aussi absurde soit-elle. Enfin, ajoutez une touche d’onirisme, et vous comprendrez que malgré l’incontestable qualité du roman, il me sera difficile de vous le « conseiller ». Toutefois, je peux par l’intermédiaire de ce blog, inviter les plus téméraires d’entre vous à faire le grand saut.

Gaël

Fête des Remparts à Dinan!

???????????????????????????????

Notre apprenti Maxime est au cœur de l’évènement!

Sous la pluie, par grand vent ou sous un soleil de plomb, il répond à toutes les demandes:

« Des chevaliers à colorier? »

– J’ai!

« Un roman d’aventures pour un enfant qui lit peu? »

– J’ai!

« Une bande dessinée avec des déesses guerrières dans une celtitude un peu lascive? »

– J’ai!

« Un livre traitant d’hacquebute, d’esponton et autre chevillon? »

– J’ai! (mais très peu quand même)

Merci donc à Maxime et aux auteurs que nous recevions pour l’occasion (Evelyne Brisou-Pellen et Samuel Sadaune) d’avoir permis à la librairie de participer à la fête.

 

Gaël

 

 

La rentrée en ligne de mire! Ben oui… :)

IMG_0375
Après plusieurs lectures de romans à paraître à la rentrée prochaine, la récolte de coups de cœur commence à peine!
Tout d’abord Price de Steve Tesich (Ed. Monsieur Toussaint Louverture) dont je n’aurai de cesse de vous rebattre les oreilles en septembre! Un formidable roman d’apprentissage, drôle et tragique à la fois, émouvant et profond, sur le passage parfois déconcertant du monde de l’adolescence à celui des adultes.
Ensuite, un autre titre dont, je pense, la presse va s’emparer: Le Bonheur National Brut de François Roux (Ed. Albin Michel). L’histoire de quatre copains, dix-huit ans en 1981, alors que la gauche arrive au pouvoir, dont on va suivre la vie, le parcours, jusqu’à aujourd’hui. Quatre vies françaises sur trente ans de vie politique française. Ambitieux!
Enfin on notera le très bon livre d’Eric Vuillard, Tristesse de la Terre (Ed. Actes Sud) qui raconte, au-delà du mythe, la véritable et peu glorieuse histoire de Buffalo Bill. Nous aurons également l’occasion d’en reparler cet automne…

Un souffle de légèreté pour les vacances…

…(ou pour la maternité)!
DSC02258

Bah oui, parfois c’est comme ça, on a envie, besoin, d’un peu plus de légèreté (tout le monde aura reconnu les lectures de Gaël) et les vacances sont souvent le moment propice pour lever le pied et avoir des lectures dites de « détente ». En cas de désir de décompression intense (score serré pendant le mondial, voyage en train avec d’horribles gamins qui courent dans tous les sens, des contractions de plus en plus douloureuses-tout ça pour faire un gamin qui, plus tard, courra dans tous les sens :), etc.), on peut facilement se laisser tenter par des magazines disons « légers ». Heureusement, il y a une alternative :

DSC02260

Mais si, Gaël, essaie! Tu verras, ça te changera de Cosmo :)! Si vous tenez au format magazine, il y a donc Causette, une revue féministe (non ce n’est pas un gros mot) qui traite de sujets féminins mais pas que, que vous ne trouverez pas à la librairie mais en Maisons de la Presse, et qui est à découvrir.
Si vous avez quand même la force d’ouvrir un bouquin, sachez qu’il y a une sélection de romans sympas qui vous attendent à la librairie :

DSC02257

L’occasion pour vous de découvrir J.M. Erre dont Gaël a déjà vanté les mérites, Christopher Moore et son univers déjanté ou encore Tom Sharpe, un classique de l’humour anglais. Et si vous avez envie d’autre chose, demandez-nous conseil, nous sommes là pour ça :).

Emma