Me voici

me-voici-939491-264-432

Me voici, Jonathan Safran Foer, traduction Stéphane Roques, éditions de l’Olivier, paru le 28/09/2017, 740 pages, 24.50€

L’autre soir, en rentrant du travail, je tombe sur cette émission de radio très chouette, La dispute. Je ne sais pas si vous connaissez mais, en gros chaque soir des critiques se réunissent pour critiquer (bah oui, c’est leur job!) des films, des bouquins, des performances etc. En gros, c’est un peu Le Masque et la Plume, le show et la mauvaise foi en moins (bon, du coup c’est un peu plus sérieux.). Enfin bref, je tombe sur la chronique de Me Voici, de Jonathan Safran Foer, que j’ai lu il y a un mois (je suis super à la bourre sur mes chroniques, si vous voulez avoir du récent, il faut venir à la librairie.). Et là, je me me dis, faites qu’ils l’aiment, faites qu’ils l’aiment, parce qu’on est toujours rassuré lorsque d’autres lecteurs partagent notre avis. Et là, ils arrivent vraiment à mettre en mots tout mon ressenti : l’ambition de Safran Foer, son humour, la profondeur de ses personnages. J’attendais Me voici avec impatience (Quelle impertinence de choisir ce titre, alors que plus de 10 ans se sont écoulés depuis son précédent roman Extrêmement fort et incroyablement près!). Je me rends compte que je ne vous ai même pas raconté de quoi il s’agissait. Et mon post est déjà bien long. Je peux juste vous dire que c’est pour moi, un des meilleurs romans de la rentrée, que j’ai ri et que j’ai aussi été émue aux larmes, que même si Safran Foer met en scène une famille juive au bord de la crise de nerf, on s’y retrouve tout à fait tant les thèmes qu’il aborde sont universels. Je vous mets donc le lien vers l’émission ;). Et surtout, n’ayez pas peur des 740 pages, il y a beaucoup de dialogues et Safran foer a un vrai sens du rythme!

https://www.franceculture.fr/emissions/la-dispute/litterature-aimer-lawrence-me-voici-trois-jours-chez-ma-tante

 

Emma

 

Publicités

Une partie rouge

Une partie rouge

Maggie Nelson, poétesse de la côte ouest des États-Unis, originaire de Sausalito, a roulé sa bosse littéraire jusqu’à l’est de son pays. Cette auteure existe par, et au travers de l’écriture, comme une seconde peau qui l’oblige à muer, se transformer, questionner, créer. Dans Une partie rouge, traduit par Julia Deck, Maggie Nelson va nous donner un récit autant sincère qu’élégant. Ce n’est pas une « histoire », Maggie le dit elle-même, elle n’invente pas: elle écrit les faits, s’interroge, rassemble les témoignages, met en corrélation ses souvenirs avec ceux des « autres », ceux de sa famille marquée au fer rouge par l’assassinat en 1969 de sa tante maternelle, Jane Mixer, dans le Michigan. Un meurtre irrésolu. Maggie se penche sur le destin tragique de cette tante qu’elle n’a pas connu mais dont le destin a notablement impacté sa vie, à chaque instant, jusqu’à réaliser en 2004 un recueil de poésie intitulé Jane: A murder. C’est aussi au moment de la publication de l’ouvrage, qu’un inspecteur, Eric Schroeder, appelle la mère de Nelson pour lui annoncer qu’un suspect, un certain Leiterman, vient d’être arrêté. Un nouveau procès s’annonce et l’auteure nous raconte, avec une grande honnêteté intellectuelle, ce que cela rouvre comme blessures pour les proches de la disparue. J’y ai lu son carnet de bord, ses réflexions intimes, les souvenirs familiaux qui refont surface, le hasard qui n’en est pas un, sa vie de femme construite sur l’image d’une autre femme qui, certes a disparue, mais dont la mémoire reste vivace, miroir de l’âme de l’auteure. Nelson note en préambule de son histoire, cette phrase de Nietzsche: « Dans toute volonté de connaître, il y a une goutte de cruauté ». Je me permets de rajouter du courage, et Nelson en a eu pour nous livrer sa vérité brute, qui brise les non-dits, les tabous et confronte la réalité. Un récit intense et vibrant d’émotion, qui touche et ne peut, nous aussi, nous laisser indemne.

Une partie rouge de Maggie Nelson aux Éditions du Sous-Sol. 224 p. – 20 euros –

Fanny.

Craig Johnson au Grenier! Youpi yeehhaaa!

DSC_9395

Yeehhaaaaa! et oui, nous avons vécu, avec les 80 lectrices et lecteurs des aventures de Walt Longmire (aux éditions Gallmeister pour ne pas les citer 😉 une très belle soirée en compagnie du généreux et talentueux Craig Johnson et de sa formidable traductrice (devenue amie depuis tout ce temps) Sophie Aslanides.

DSC_9453

Un moment de partage autour de cet auteur américain tant aimé en France. Nous avons parlé de L’Ouest, de cet incroyable shérif d’Absaroka County (en main propre, nous avons même reçu l’étoile du Comté, la grande classe! hihi) qui est aussi habile à manier le Colt qu’à évoquer Shakespeare, Dante ou la spiritualité indienne.

DSC_9359

DSC_9398

Nous avons essayé, vainement, de savoir quelques secrets sur la suite de son héros, mais tel un indien des Plaines, Craig Johnson est resté stoïque et implacable 🙂 Avec son sens de l’humour devenu légendaire, nous avons convoqué ses souvenirs personnels qui teintent son œuvre, son travail d’écrivain, sa relation si affectueuse avec ses personnages, ses lectures, son regard sur l’Ouest, l’imaginaire collectif, son amour pour la France et tant de chouettes anecdotes. Il est reparti, chapeau de cow-boy visé sur la tête et nous des étoiles dans les yeux. Un grand merci à Craig, sa femme Judy, la géniale Sophie et la brillante équipe des éditions Gallmeister. Un merci aussi à vous, qui prenez le temps de lire autant le blog que les livres et de venir pour ces rencontres. Et puis une spéciale dédicace à Michel Forget qui nous a fait ces si belles photos.

DSC_9487

Vivement Mars  2018 pour la suite de notre shérif préféré! Yeehhaaaaa!!! Que du bonheur 🙂

Les libraires masqués.

Enfin un très bon Space-Opera!

nemrod[1]

Nemrod d’Olivier Bérenval (Ed. Mnémos)

L’année 2017 n’aura pas été très prolifique en space-opera. Il m’aura fallu attendre novembre pour enfin avoir un vrai coup de cœur! Nemrod d’Olivier Bérenval est un roman d’envergure (512 pages), grandiose et parfaitement maîtrisé, que je placerais aux côtés d’autres livres comme Les guerriers du silence de Pierre Bordage (L’Atalante), Dominium Mundi de François Baranger (Critic), The Expanse de James Corey (Actes Sud) ou encore la série de BD Universal War One de Denis Bajram (Soleil Productions).

Pour le pitch, voici le lien vers le site de l’éditeur Mnémos:

http://www.mnemos.com/catalogue/nemrod/

Gaël

Slovia Roginski : un air de voyage à la librairie.

Affiche Slovia Roginski-page-001

Réservez votre dimanche 10 décembre et passez à la librairie : nous recevons Slovia Roginski. Publiés chez la belle maison d’édition Elytis, ses carnets de voyage sont tout simplement magnifiques! Bref, on aime et on a hâte de vous les faire découvrir!

Les libraires masqués, très enthousiastes!

Eleanor Oliphant va très bien

IMG_20171114_121201

Eleanor Oliphant va très bien, Gail Honeyman, traduction Aline Azoulay-Pacvon, Fleuve éditions, paru le 28/09/2017, 430 pages, 19.90€.

Eleanor Oliphant va très bien. Oui, effectivement, elle va très bien. Elle démarre sa semaine de travaille comme madame tout-le-monde le lundi matin, parle avec sa maman au téléphone tous les mercredis soirs, effectue ses cinq jours de travail sans broncher, puis, se murge à la vodka, seule, tout le weekend, et recommence cette routine bien installée depuis plusieurs années. Jusqu’au jour où un petit quelque chose vient bousculer ses habitudes : Eleanor tombe amoureuse. Elle qui, jusqu’à présent, s’en sortait très bien toute seule va, petit à petit, devoir sortir de sa coquille. Le souci étant que les codes sociaux et Eleanor, eh bien, ça fait deux; ce qui donne lieu à des situations cocasses et des dialogues savoureux. De l’humour, donc, mais aussi de l’émotion, lorsque l’on découvre, en parallèle, l’enfance de la jeune femme.

Gros coup de cœur pour ce roman à la fois drôle et profond. On s’attache tout de suite à cette Eleanor qui n’est pas sans rappeler Sheldon (The Big Bang Theory) ou encore Temperance Brenan (Bones). A découvrir.

Emma

Le Grenier fait son Quiz!

Affiche quiz-page-001

Vous aimez les livres? Vous pensez être incollable? Vous êtes joueur? Vous voulez juste passer un moment fun et convivial au Nez Rouge?  Alors le quiz du Grenier est fait pour vous!

Première édition jeudi 14 décembre, 19h00, au Nez Rouge : venez tester votre culture livresque (et chacun sera récompensé!).

Gratuit, sur inscription uniquement (dans la limite des places disponibles).