Regarder

sdr

Depuis un petit temps, je faisais défiler des textes sur Gerta Taro, et rien en accroche.  Puis là : Regarder de Serge Mestre. Un portrait complètement addictif d’une femme qui n’avait ni sa langue, ni ses yeux dans sa poche ; une aventurière de la vie, une grande amoureuse, bien avant Robert Capa, ce même homme qui lui appris le métier de photographe reporter.

Mestre, avec un style vif et « partageur », nous fait directement rentrer dans l’action. Le rythme est aussi dense que son personnage.

Nous sommes en 33, à Leipzig, Gerta Pohorylle est arrêtée et soumise à la question par une brute nationale-socialiste. Ses frères ont jetés des tracts du haut d’un grand magasin, appelant à la résistance. La fratrie ne fait pas dans la demie mesure. Et c’est à partir de ce moment là que l’auteur décide de révéler toute la personnalité de Gerta : flamboyante, féminine, féministe, résistante, amante, provocatrice, animée par ce désir profond de vivre intensément.

 Regarder est un roman qui surgit et vous explose entre les mains. J’ai parcouru ses pages comme un feuilleton, ça se bouscule, s’entrechoque, s’évoque avec ce ressenti d’être dans l’urgence, de côtoyer, de braver, d’être au front.

Voici un portrait flamboyant, éblouissant, une très belle réussite littéraire !

Fanny.

 

Publicités

Peter Heller was here! and Céline too! and Kim too! and… :)

sdrArrivés depuis Le Mans où ils étaient aussi les invités de la librairie Doucet, Peter Heller, Céline Leroy et Kim Heller ont débarqués à Dinan.

Grands sourires et retrouvailles, petit temps au marché (« soooo » typique) puis direction la crêperie ( haaa mais on est en Bretagne où on l’est pas hein! ), chaleureusement accueillis chez Art’Bilig.

Le couple Peter-Kim est aussi beau à regarder que le couple Céline-Pete dans son roman; à se partager leurs galettes, je les trouve résolument mignons, « so cute« .

Petit tour de Dinan, avec ses ruelles, son Jerzual bien pentu, son jardin dédié à Auguste Pavie, sa vue sur la Rance et toujours ces grands sourires.

Pour une première fois en Bretagne, il y a comme une envie de voir la mer, suivons donc Peter Heller… direction…

Saint-Malo pardi ! Sous un soleil à rendre jaloux la Californie.

C’est beau, c’est chaud, c’est chouette.

Après un indispensable « café-noisette » pour Peter, nous voilà de retour pour la rencontre en librairie. Le fan club de Céline est là, c’est parti!

 

Moment de dédicaces (quand j’écris « fan », observez le nombre d’exemplaires sous le bras d’une de nos fidèles lectrices, Guilan…)

Ça rencontre, ça rit, ça échange, ça écrit, ça mange, ça traduit, ça partage, bref : ça fait vivre le livre et ça rend riche en découvertes 🙂

heller12

Une dernière photo souvenir sous les masques et c’est reparti pour de nouvelles aventures.

heller13

Un beau et grand moment : Un grand merci à toutes et tous 🙂 Huuuuge Thanks guys !

Les libraires masqués.

Le plongeur

smartcapture

« Ça swingue en titi » pour cet incroyable Plongeur de Stéphane Larue aux éditions Quartanier ( et là j’en profite pour sauter de joie et souhaiter, aussi, la bienvenue sur le marché français, à cet excellent éditeur québécois ).

Amateur-trice de littérature québécoise dans son jus – et toute son inventivité -, de cuisine, d’illustration, de Metaaaaalllll (lml) : ce livre est fait pour vous ! Un roman dont je suis ressortie sur les dents et enthousiaste.

Voici un récit tentaculaire qui, comme le poulpe dessiné en couverture, se déploie, se résorbe, vous pose ici, vous retient là, vous ramène là-bas. Le rythme est pris et ne vous lâche plus.

2002, Montréal : Stéphane est dans « une sacre » de mauvaise passe : accro aux jeux d’argent, son esprit part en vrille, addict. Un ami, Malik, lui ordonnera de se reprendre en main en acceptant ce poste de plongeur dans un restaurant « La Trattoria ». Mais c’est loin d’être la dolce vita dans cette brigade de grandes gueules, et un joueur reste un joueur… .

Sur un rythme aussi endiablé qu’un air de Maiden, voici un récit qui électrise et vous rend, à sa manière, dépendant. Le style est vif, hyperréaliste, dramaturgique, survolté. Vous y verrez des enseignes clignotantes, des néons agressifs, des gyrophares allumés : voici l’univers de la nuit dans un Montréal fait de grandes bouffes, de parties, de gangs, d’alcool, de musiques puissantes et d’addictions multiples.

Le plongeur est un roman noir ultra citadin qui ne mâche pas ses mots ni ne cache son genre, qui fut Prix des libraires du Québec 2017.

Stéphane Larue est là pour vous provoquer des sensations et cela fonctionne magnifiquement. Laissez-vous aller à la pulsation de sa vie, faites corps avec une brigade qui enchaîne les shifts et les doubles, entrez dans la danse du poulpe, retenez votre respiration et… plongez !

Fanny.

 

 

Eric Vuillard était là et c’était -toujours- aussi bien :)

Eric Vuillard était donc là ce vendredi 15 pour, encore, un très chouette moment de rencontre! 80 personnes environ, avaient fait le déplacement pour rencontrer cet écrivain érudit et passionnant.

Vuillard 7

smartcapture

Cela s’est passé à la bibliothèque de Dinan cette fois-ci (merci pour leur accueil chaleureux), Gaël présentait le nouvel opus de l’auteur rennais « La guerre des pauvres« . Eric Vuillard, écrivain investi et humaniste, a enchanté son auditoire.

davdav

btr

Attentif aussi à ses lecteurs-trices lors de la séance de dédicaces…

VUILLARD8

… et inversement 🙂

vuillard 3

Vuillard1

 

 

 

 

 

La soirée s’est finie à Argile et Vin, chez Jean et Liney, où, autour de spécialités vénézuéliennes, et en compagnie de quelques habitué(e)s de la librairie, nous avons porté la discussion de « La guerre des pauvres » hors les murs.

Bref, vivement le prochain roman de l’auteur et un grand merci aux lecteurs et lectrices venu(e)s le rencontrer. Vive le partage et que vivent les livres 🙂

Le prochain rendez-vous se passera à la librairie, ce jeudi 21 Février, en compagnie de Peter Heller et Céline Leroy, à 19h.

Les libraires masqués.

Le pays des oubliés

GetFileAttachment

Michael Farris Smith fait encore résonner le tonnerre dans ce roman âpre à l’ambiance électrique, du grand art.

Je revois l’auteur, le regard porté sur le lointain, assis face à sa table de petit-déjeuner dans le cadre du festival de l’Amérique à Oron. Il portait cette distance poétique, et cette amabilité certaine, d’un écrivain sensible qui garde en lui certaines cicatrices.

Dans le delta du Mississippi, bande de terre fertile mais oubliée, bordant ce fleuve gigantesque, apparaît son personnage : Jack Boucher.
Dès les premières pages me voilà dans une histoire sombre et hypnotique. « Notre » Jack, au volant d’une camionnette usée jusqu’à la rouille comme notre héros, est en route vers le repère de « Big Momma Sweet », la matrone vengeresse des âmes damnées. Sur ce trajet, une mauvaise rencontre et un accident enfanteront d’un enfer et d’un hasard éblouissant.

C’est là, qu’au fur et à mesure de la lecture, mes mains se crispaient de plus en plus sur les pages tandis que mon pouls s’accélérait : merci Fabrice Pointeau pour cette traduction si juste.

J’étais là-bas, sur les terres de cet écrivain qui vous embarque comme dans un film, avec Jack et toute son histoire. Mais comment fait-il ? Quelle est cette magie pour vous prendre aux tripes d’une telle manière ?

Le pays des oubliés raconte la trajectoire d’un homme en résistance parce qu’il n’a jamais eu d’autre choix. C’est une histoire d’abandon, d’enfant perdu, de combattant et d’espérance fragile ; un roman noir certes, mais d’une beauté à couper le souffle.

Fanny.

Les tribulations d’Arthur Mineur

DSCN8107

Les tribulations d’Arthur Mineur, Andrew Sean Greer, traduction Gilbert Cohen-Solal, Jacqueline Chambon, paru le 02/01/2019, 252 pages, 22 €

J’ai découvert Andrew Sean Greer il y a dix ans, avec L’histoire d’un mariage. Je me rappelle avoir beaucoup aimé ce titre à l’époque. L’atmosphère, les personnages m’avaient tout de suite emportée sans que je sache trop pourquoi. C’est un peu ce que j’ai retrouvé dans cette lecture.

A l’instar du personnage de Stoner, de John Williams (https://www.librairielegrenier.com/livre/3538146-stoner-john-edward-williams-j-ai-lu ) , Arthur Mineur est un homme plutôt passif, subissant les différentes étapes de sa vie sans trop réagir, jusqu’au jour où son ancien amant se marie et lui fait parvenir l’invitation à la cérémonie. Cet événement va alors créer une sorte de déclic chez Arthur qui choisit, plutôt que de se morfondre seul chez lui, d’accepter tout un lot d’invitations à participer à différentes manifestations littéraires (il est romancier) à travers le monde. Paris, Berlin, le Sahara…nous le suivons avec délice dans ses voyages exotiques qui lui permettent également un peu d’introspection : mène-t-il la vie qu’il souhaitait? Est-il un bon auteur? A l’approche de la cinquantaine, quelles sont, désormais, ses attentes?

Arthur Mineur est un homme avec toutes ses complexités et c’est cette finesse que j’ai particulièrement appréciée. Andrew Sean Greer évite les clichés et fait preuve d’une belle maîtrise aussi bien sur le fond que sur la forme. C’est un roman bien écrit, distrayant, touchant et très drôle également. Bref, une découverte lumineuse pour ce mois de Février.

L’auteur était l’invité de la grande table au début du mois :

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/andrew-sean-greer-prix-pulitzer-2018

Si vous êtes tenté.e.s, vous pouvez vous procurer le roman sur le site de la librairie 🙂 :

https://www.librairielegrenier.com/livre/14800424-les-tribulations-d-arthur-mineur-andrew-sean-greer-editions-jacqueline-chambon

Emma

 

Céline… et Peter Heller bientôt à la librairie!

IMG_3790

C’est d’abord l’histoire de deux petites filles qui faillirent perdre un jour la vie dans les flots. L’une après avoir suivi sa mère dans la recherche de petits éclats de jade, l’autre après avoir embarqué sur un canot pour y laisser éclater sa tristesse. Les falaises et la haute mer, la mère magnifique et le père évanescent. Deux petites filles de deux générations différentes qui vont se retrouver pour éprouver la vérité, la leur.

Grabriela et Céline. Grabriela est la fille d’une déesse aux yeux verts qui, un jour, disparut dans les vagues scélérates de Big Sur. Céline est ce bout de femme qu’on dirait sculpté dans du bois de cèdre : elle possède cette force et ce parfum sublime. Ces deux héroïnes étaient donc faites pour se rencontrer. C’est Grabriela qui viendra vers Céline pour lui demander d’enquêter sur la disparition, dans le parc de Yellowstone, de son père, reporter-photographe pour le National Geographic.

C’était il y a quelques années, de l’eau est passée sous le pont -de Brooklyn- mais le mystère demeure…

Nous avons adoré Céline : ses pattes d’oies, ses bagues à chaque doigt, ses écharpes en soie et … son Glock.38, car Céline est détective privé, et son Docteur Watson à elle, c’est son Pete, amer remarquable dans sa tempête intérieure.

Là est tout le talent de Peter Heller : vous faire rentrer dans un roman noir, une intrigue puissante, et, par la même, vous raconter une histoire à la fois intime et universelle : la recherche du père.

Du suspense, de l’émotion vive, de l’attachement, de la mort aux trousses, de la création artistique et un soupçon d’élan héroïque à la Calamity Jane; vous mélangez tout cela et j’espère, qu’en y goûtant, vous allez vous aussi vous exclamer le « Wow » d’usage de notre héroïne.

Magistralement traduit par Céline Leroy (ça ne s’invente pas), Heller nous offre donc un roman qui se déguste comme un -très- bon whisky. Cela a le goût mêlé du sous-bois, du bain d’arrêt, de l’air iodé et du papier glacé jauni par les années : tout un monde où Heller y distille ses secrets, ses connivences en lien si fort avec ses héroïnes. Bref, l’auteur est un homme qui aime ses personnages qui le lui rendent bien.

Le 21 Février prochain, partez vers les vastes territoires sauvages du Wyoming et du Montana, laissez vous embarquer dans cette enquête qui déborde du cadre et allez pratiquer la danse de l’ours en compagnie de l’auteur américain à l’éclat de rire le plus éclatant de l’Ouest.

Peter HELLER, Céline Leroy seront à la librairie  ! youpi youpi!!! Viens! Viens!

Affiche Heller

Fanny (Natacha se cache sous mon masque, elle a eu comme un envie subite de se rapprocher de l’auteur), Gaël enthousiaste et Emma qui a aussi adoré, bref, un beau coup de cœur d’équipe masquée.