Il était une fois Calamity Jane

Il-etait-une-fois-Calamity-Jane

Je pensais devoir dégainer mon Colt en plastique, je pensais me lancer dans un western sauce spaghetti, je pensais mettre mon chapeau et gratter mon banjo, oui, je pensais à tout cela en ouvrant  Il était une fois Calamity Jane  de Natalee Caple, traduit par le duo de choc, Lori Saint-Martin et Paul Gagné. Que nenni ! Et c’est tant mieux car de belles surprises comme celle-ci, j’adore !.

Voici un délicieux roman qui se partage entre Miette et Martha, entre la fille et la mère, deux aventurières à leur manière. Une histoire sur deux histoires, brodée comme une courtepointe, magnifiée par ces deux héroïnes d’un temps passé dont le chemin de vie reste intemporel : l’amour, la maternité, l’abandon, la résilience, le pardon.
Miette fut une enfant recueillie par un pasteur qui l’aima et l’éduqua. Elle lui promit, sur son lit de mort, d’aller chercher cette mère : Calamity Jane. Martha Canary fut l’aînée d’une fratrie née dans la pauvreté, décimée par la fièvre jaune; c’était une guerrière au grand cœur, une éclaireuse, une alcoolique, une amoureuse…des grands espaces.

J’ai juste envie de vous prendre par la main et de vous dire de vous laisser aller à ce que l’auteure nomme « une œuvre de métafiction historiographique »…n’ayez pas peur, Natalee Caple a juste mêlé l’imaginaire à la réalité des faits : j’y ai appris des choses comme j’y ai ressenti des choses. C’est remarquable, entraînant, mythique, passionnant, émouvant. La carapace est enlevée, Caple nous donne l’essentiel de ce lien. Affabulation ou vérité, l’important n’est pas là mais dans la beauté de ces visions croisées, dans l’échange qui dépasse leurs propres mots, dans la description de ces grands espaces où faune, flore et légendes les enlacent pour l’éternité. Il était une fois… Calamity et Miette forever !

Fanny.

Et c’est aussi le moment pour vous souhaiter, de la part de toute l’équipe, une fabuleuse année 2.019 : Yeeeahhhhhaaaa! Que la joie soit parmi vous et à bientôt pour de nouvelles aventures 😉

Les libraires masqués.

Publicités

De la joie et de la passion : c’était hier soir à la librairie!

Traductrices, éditrices, représentante (merci Carole pour cette jolie surprise), bibliothécaires, lecteurs et libraires : une vraie chaîne du livre reconstituée dans la librairie!

Difficile de stopper l’échange hier soir après plus de deux heures autour du métier d’éditrice et de traductrice. Merci encore une fois à Claire Do Sêrro, Nathalie Zberro, Céline Leroy et Hélène Cohen d’avoir fait le déplacement jusqu’à Dinan. Nous avons pu découvrir, un peu, l’arrière-boutique de ces deux métiers passionnants et c’était vraiment un chouette moment.

Merci également aux lecteurs de s’être déplacés nombreux, c’est super motivant pour les animations futures.

img_2612

Les libraires masquées

Rencontre Le Sous-sol / Rivages

affiche-rivages-sous-sol-page-0011

Réservez votre jeudi 1er décembre (19h00) et venez participer à notre prochaine rencontre, une soirée autour de deux maisons d’édition : Le Sous-Sol et Rivages.

Créée en 2011, Le Sous-Sol est une jeune maison que se consacre à la publication de revues (Feuilleton et Desport), d’ouvrages de non-fiction (genre très populaire aux Etats-Unis mais un peu moins connu en France) et de romans (notre dernier coup de cœur étant Minnow, de James Mc Teer, paru cette rentrée).

Bien connue des lecteurs, Rivages qui vient de fêter ses trente ans, se décline en plusieurs collections (polar, littératures françaises et étrangères, musique…), et publie, notamment, David Lodge, Dennis Lehane  ou encore Bernard Malamud pour le domaine étranger. Notre dernier coup de cœur : Station Eleven, d’Emily St John Mandel.

Cette soirée se déroulera sous le prisme de la littérature et non-fiction étrangère puisqu’en plus d’accueillir les éditrices représentant ces maisons (Nathalie Zberro pour Rivages, Claire Do Sêrro pour Le Sous-sol), seront également présentes deux traductrices : Hélène Cohen (traductrice, notamment, de Nellie Bly et Raffi Khatchadourian) et Céline Leroy (traductrice, entre autres, de Laura Kasischke et Peter Heller).

Quel est le travail d’un éditeur? Comment ces maisons ont-elles été créées? Combien de temps met-on pour traduire un livre? Comment traduire le style d’un auteur? Et tant d’autres questions resteront à leur poser.

N’hésitez pas à venir participer à cette rencontre plurielle le jeudi 1er décembre, 19h00, à la librairie!. Cela promet d’être un chouette moment d’échanges et de découvertes:)

Cette soirée sera suivie, comme d’habitude, d’un apéritif dînatoire.

L’entrée est gratuite, mais sur inscription uniquement.

Les libraires masqués