Mercy, Mary, Patty

DSCN6679

Mercy, Mary, Patty, Lola Lafon, Actes Sud, 240 pages, parution Août 2017, 19.80€

La chouette nouvelle pour cette rentrée littéraire 2017, c’est le nouveau Lola Lafon. Autant vous le dire tout de suite, j’ai ouvert ce roman avec la fébrilité des enfants déballant leurs cadeaux de Noël au pied du sapin. Pourquoi? Parce que lorsque j’ai découvert cette auteure, à l’occasion de la sortie de La petite communiste qui ne souriait jamais, ça a été le coup de foudre.

La-petite-communiste-qui-ne-souriait-jamais

S’en est suivie la lecture de Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce (une merveille) et de De ça je me console (et puis, dans la foulée, L’hotel New Hampshire, fabuleux titre de John Irving que je n’avais pas encore lu, lisez Lola Lafon, vous comprendrez). Des romans différents les uns des autres mais une constante : l’émotion, la finesse de l’écriture et une certaine vision de la société qui me parle (et qui vous parlera surement aussi).

51BtHARK+6L  41HX6W+J+kL._SX210_

Mais revenons-en à Mercy, Mary, Patty, cette fiction s’emparant de l’histoire vraie de Patricia Hearst, fille d’un magnat de la presse, enlevée en 1974 par le SLA, un groupuscule révolutionnaire dont elle ne tarde pas à embrasser la cause. Comment la gentille petite Patty se retrouve-t’elle à dénigrer le capitalisme? Syndrome de Stockholm? Lavage de cerveau? Prise de conscience? Les spéculations vont bon train. A Patty s’ajoutent Mercy et Mary, deux autres jeunes femmes qui, à plusieurs siècles d’écart ,tournent le dos au joli chemin que l’on avait tracé pour elles. Par le biais de différents narrateurs, Lola Lafon interroge, et a l’intelligence de ne pas apporter de réponses pré-construites. C’est ce qui fait toute la richesse de ce roman et des précédents. Bref, au cas où vous en douteriez encore, c’est un énorme coup de cœur.

L’autre bonne nouvelle, c’est que nous aurons le plaisir de recevoir Lola Lafon à la librairie courant janvier 2018. Une chose est sure, la saison de la danse de la joie est lancée!

 

Emma

 

 

Les héroïnes dans la littérature : petit compte-rendu

M8DSOCH EC010

Le choix de Sophie

 

sur_la_route_de_madison

Sur la route de Madison

Nous avons donc pris l’apéro hier soir en compagnie d’héroïnes fortes, troublantes, émouvantes, drôles etc. En cherchant une photo pour illustrer la thématique, Meryl Streep est apparu soudainement. Alors, ne serait-ce que pour les valeurs qu’elle défend régulièrement, petit clin d’œil à cette actrice qui a su tellement bien incarner Francesca dans Sur la route de Madison de Robert James Waller et Sophie dans Le choix de Sophie de William Styron. Comme Elisabeth (je crois) l’a dit hier soir, le cinéma peut être une porte d’entrée dans la littérature et nous faire découvrir de magnifiques textes.

Voici les titres dont nous avons parlé hier soir :

Désorientale, Négar Djavadi

Lucy in the sky, Pete Fromm

Dalva, Jim Harrison

Belle du seigneur, Albert Cohen

La promenade de l’aube, Romain Gary

Des femmes qui dansent sous les bombes, Céline Lapertot

L’art de la joie, Goliarda Sapienza

Le baiser dans la nuque, Hugo Boris

Jeune femme au luth, Katharine Weber

La femme gauchère, Peter Handke

Ma mère, Richard Ford

En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut

Rebecca, Daphné Du Maurier

Jane Eyre, Charlotte Brontë

Orgueil et préjugés, Jane Austen

Nord et sud, Elizabeth Gaskell

La lettre écarlate, Nathaniel Hawthorne

L’amant de lady Chatterley, D.H. Lawrence

Une femme fuyant l’annonce, David Grossman

Douleur, Zeruya Shalev

Syngué sabour, Atiq Rahimi

La ferme africaine, Karen Blixen

Anecdotes du destin (Le festin de Babette), Karen Blixen

Madame Bovary, Gustave Flaubert :

 

Americanah, Chimamanda Ngozi Adichie

Amours, Léonor de Récondo

L’accompagnatrice, Nina Berberova

Alison Lurie (je n’ai pas noté de titres)

Le liseur, Bernhard Schlink

Culottées, Pénélope Bagieu

Le journal de Bridget Jones, Helen Fielding

Une odeur de gingembre, Oswald Wynd

Certaines n’avaient jamais vu la mer, Julie Otsuka

Juste avant, Fanny Saintenoy

Blonde, Joyce Carol Oates

Mudwoman, Joyce Carol Oates

Bonjour tristesse, Françoise Sagan

Délivrances, Toni Morrison

Vingt-quatre heures dans la vie d’une femme, Stefan Zweig

L’honneur perdu de Katharina Blum, Heinrich Böll

Jules et Jim, Henri-Pierre Roché

La demande, Michèle Desbordes

La petite communiste qui ne souriait jamais, Lola Lafon

King kong théorie, Virginie Despentes

Reflets dans œil d’homme, Nancy Huston

Delphine de Vigan

Mémoire de fille, Annie Ernaux

L’amant, Marguerite Duras

Millénium, Stieg Larsson

Agaat, Marlene Van Niekerk

La couleur des sentiments, Kathryn Stockett

L’insoutenable légèreté de l’être, Milan Kundera

Le chœur des femmes, Martin Winckler

Antigone, Sophocle

Acquanera, Valentina d’Urbano

D’acier, Silvia Avallone

Née contente à Oraibi, Bérengère Cournut

Le dernier quartier de lune, Zijian Chi

 

Voilà de quoi vous donner quelques idées de lecture et, bien évidemment, cette liste n’est pas exhaustive.

 

Emma