Comme un ruban de soie rouge – Cecily Wong

ruban soie rouge livre

XX ème siècle.

Franck Long quitte la Chine avec sa famille. Quelques années plus tard – qui ont été heureuses -, il meurt dans d’étranges circonstances.

Après de nombreuses rumeurs, il faudra attendre 20 ans pour que cette histoire soit éclaircie avec l’arrivée d’une lettre, et c’est la petite fille de Franck qui va être l’actrice principale de cette histoire et dépositaire des secrets enfouis.

L’histoire commence par la vie du couple dont la femme est incapable de donner un enfant à son mari. Elle prend la décision de lui choisir une concubine, une adolescente qui va donner naissance à Bohai. Lin va l’adopter et l’aimer comme le sien, avant qu’un second fils n’arrive quelques années ensuite. La vie de cette famille est parsemée de joies, de douleurs, d’espérances… Quelques années après, c’est Amy qui rejoint cette famille en épousant Bohai. Ce n’est ni le mari ni la vie qu’elle s’était choisie, mais elle espère que cette décision lui apportera, malgré tout, du bonheur. Mais la mort de Franck remet tout en cause…

rubans-1-metre-cordon-100-soie-naturelle-4586675-css8858-58819-22ff8_big

Comme un ruban de soie rouge raconte des destins, liés les uns aux autres. Dans les croyances chinoises, le destin est un fil rouge, qui unit les les personnes destinées les unes aux autres. Il est impossible de briser ce fil, et tout agissement se répercute sur lui et se transmets aux descendants.

 

Comme un ruban de soie rouge – Cécily Wong – Editions les Escales – 384p. – 21€90

 

Gaëlle.

Publicités

Etta et Otto (et Russell et James) et Encore

016

« Etta et Otto (et Russell et James) » d’Emma Hooperéd. les Escales – 327 pages – 21.90 euros –

Un jour, Etta décide de partir vers l’océan, pour la première fois de sa vie. Otto, par amour, la laisse vivre cette aventure tandis que Russel, par amour, la suit. Trois personnages de plus de quatre-vingt ans, résolument attachants, qui nous entraînent dans leur histoire, dans leur vie d’avant, leur vie de maintenant, leur amour, leur quête. Tout ceci au milieu d’une nature époustouflante, véritable décor naturaliste d’une réalité qu’Emma Hooper narre de manière onirique, avec une plume très particulière. Ce roman est aussi une fine réflexion sur les liens forts qui se créent au fil du temps, envers et contre tout. Il y a, dans “Etta et Otto (et Russel et James)“, de la poésie, de la délicatesse, du mystère, de l’humour et de la contemplation. Un premier roman d’une grande finesse, une ode à la liberté et aux grands espaces.

« Encore » de Hakan Gündayéd. Galaade -371 pages – 24 euros –

A neuf ans, Gazà entre dans le “commerce” de son père, comme passeur de clandestins. A quatorze ans, il est devenu ce que son père est : machiavélique, violent et détaché de toute émotion. Un jour Gazà fera  mourir le jeune Cuma par oubli…. “Encore” est un récit violent qui ne peut laisser indifférent et qui provoquera, sans doute pour certain(e)s, un point de rupture tant l’histoire de ce jeune homme bascule dans l’horreur actuelle -et banalisée- de ces trafiquants d’esclaves. Hakan Günday dénonce ce système de domination des Hommes sur d’Autres et il ne nous ménage pas. Gazà représente ce mélange de haine et de lucidité, représentatif des campagnes anti-immigration qui “fleurissent” dans notre monde abrupt et injuste. Günday ne ménage personne. Il creuse, par son style foudroyant et efficace, là où ça fait mal. Ce livre est une “œuvre vivante” qui provoque le débat et ne se nourrit pas d’émotion, “Encore” est le récit d’une odyssée brutale et captivante qui reste en travers du cœur et nous interroge sur le sens que nous donnons à la vie et à l’humain.

Fanny