Peter Heller was here! and Céline too! and Kim too! and… :)

sdrArrivés depuis Le Mans où ils étaient aussi les invités de la librairie Doucet, Peter Heller, Céline Leroy et Kim Heller ont débarqués à Dinan.

Grands sourires et retrouvailles, petit temps au marché (« soooo » typique) puis direction la crêperie ( haaa mais on est en Bretagne où on l’est pas hein! ), chaleureusement accueillis chez Art’Bilig.

Le couple Peter-Kim est aussi beau à regarder que le couple Céline-Pete dans son roman; à se partager leurs galettes, je les trouve résolument mignons, « so cute« .

Petit tour de Dinan, avec ses ruelles, son Jerzual bien pentu, son jardin dédié à Auguste Pavie, sa vue sur la Rance et toujours ces grands sourires.

Pour une première fois en Bretagne, il y a comme une envie de voir la mer, suivons donc Peter Heller… direction…

Saint-Malo pardi ! Sous un soleil à rendre jaloux la Californie.

C’est beau, c’est chaud, c’est chouette.

Après un indispensable « café-noisette » pour Peter, nous voilà de retour pour la rencontre en librairie. Le fan club de Céline est là, c’est parti!

 

Moment de dédicaces (quand j’écris « fan », observez le nombre d’exemplaires sous le bras d’une de nos fidèles lectrices, Guilan…)

Ça rencontre, ça rit, ça échange, ça écrit, ça mange, ça traduit, ça partage, bref : ça fait vivre le livre et ça rend riche en découvertes 🙂

heller12

Une dernière photo souvenir sous les masques et c’est reparti pour de nouvelles aventures.

heller13

Un beau et grand moment : Un grand merci à toutes et tous 🙂 Huuuuge Thanks guys !

Les libraires masqués.

Publicités

Eric Vuillard était là et c’était -toujours- aussi bien :)

Eric Vuillard était donc là ce vendredi 15 pour, encore, un très chouette moment de rencontre! 80 personnes environ, avaient fait le déplacement pour rencontrer cet écrivain érudit et passionnant.

Vuillard 7

smartcapture

Cela s’est passé à la bibliothèque de Dinan cette fois-ci (merci pour leur accueil chaleureux), Gaël présentait le nouvel opus de l’auteur rennais « La guerre des pauvres« . Eric Vuillard, écrivain investi et humaniste, a enchanté son auditoire.

davdav

btr

Attentif aussi à ses lecteurs-trices lors de la séance de dédicaces…

VUILLARD8

… et inversement 🙂

vuillard 3

Vuillard1

 

 

 

 

 

La soirée s’est finie à Argile et Vin, chez Jean et Liney, où, autour de spécialités vénézuéliennes, et en compagnie de quelques habitué(e)s de la librairie, nous avons porté la discussion de « La guerre des pauvres » hors les murs.

Bref, vivement le prochain roman de l’auteur et un grand merci aux lecteurs et lectrices venu(e)s le rencontrer. Vive le partage et que vivent les livres 🙂

Le prochain rendez-vous se passera à la librairie, ce jeudi 21 Février, en compagnie de Peter Heller et Céline Leroy, à 19h.

Les libraires masqués.

Céline… et Peter Heller bientôt à la librairie!

IMG_3790

C’est d’abord l’histoire de deux petites filles qui faillirent perdre un jour la vie dans les flots. L’une après avoir suivi sa mère dans la recherche de petits éclats de jade, l’autre après avoir embarqué sur un canot pour y laisser éclater sa tristesse. Les falaises et la haute mer, la mère magnifique et le père évanescent. Deux petites filles de deux générations différentes qui vont se retrouver pour éprouver la vérité, la leur.

Grabriela et Céline. Grabriela est la fille d’une déesse aux yeux verts qui, un jour, disparut dans les vagues scélérates de Big Sur. Céline est ce bout de femme qu’on dirait sculpté dans du bois de cèdre : elle possède cette force et ce parfum sublime. Ces deux héroïnes étaient donc faites pour se rencontrer. C’est Grabriela qui viendra vers Céline pour lui demander d’enquêter sur la disparition, dans le parc de Yellowstone, de son père, reporter-photographe pour le National Geographic.

C’était il y a quelques années, de l’eau est passée sous le pont -de Brooklyn- mais le mystère demeure…

Nous avons adoré Céline : ses pattes d’oies, ses bagues à chaque doigt, ses écharpes en soie et … son Glock.38, car Céline est détective privé, et son Docteur Watson à elle, c’est son Pete, amer remarquable dans sa tempête intérieure.

Là est tout le talent de Peter Heller : vous faire rentrer dans un roman noir, une intrigue puissante, et, par la même, vous raconter une histoire à la fois intime et universelle : la recherche du père.

Du suspense, de l’émotion vive, de l’attachement, de la mort aux trousses, de la création artistique et un soupçon d’élan héroïque à la Calamity Jane; vous mélangez tout cela et j’espère, qu’en y goûtant, vous allez vous aussi vous exclamer le « Wow » d’usage de notre héroïne.

Magistralement traduit par Céline Leroy (ça ne s’invente pas), Heller nous offre donc un roman qui se déguste comme un -très- bon whisky. Cela a le goût mêlé du sous-bois, du bain d’arrêt, de l’air iodé et du papier glacé jauni par les années : tout un monde où Heller y distille ses secrets, ses connivences en lien si fort avec ses héroïnes. Bref, l’auteur est un homme qui aime ses personnages qui le lui rendent bien.

Le 21 Février prochain, partez vers les vastes territoires sauvages du Wyoming et du Montana, laissez vous embarquer dans cette enquête qui déborde du cadre et allez pratiquer la danse de l’ours en compagnie de l’auteur américain à l’éclat de rire le plus éclatant de l’Ouest.

Peter HELLER, Céline Leroy seront à la librairie  ! youpi youpi!!! Viens! Viens!

Affiche Heller

Fanny (Natacha se cache sous mon masque, elle a eu comme un envie subite de se rapprocher de l’auteur), Gaël enthousiaste et Emma qui a aussi adoré, bref, un beau coup de cœur d’équipe masquée.

Un drôle d’écho…

img_3773

Comme nous vous l’annoncions il y a quelques jours, nous aurons l’immense plaisir d’accueillir Eric Vuillard à Dinan.

La rencontre, qui se déroulera à la bibliothèque le vendredi 15 février à 18h, nous permettra d’aborder son parcours d’écrivain, son rapport à l’Histoire, et bien sûr son dernier livre : La guerre des pauvres, qui vient de paraître aux éditions Actes Sud.

9782330103668

Une nouvelle fois, Eric Vuillard regarde l’Histoire dans les angles morts. Un récit édifiant sur la figure de Thomas Muntzer, prêtre allemand révolutionnaire du XVIe siècle, qui fut parmi les initiateurs de la révolte des paysans dans les régions d’Allemagne du Sud en 1524. Les inégalités soulevaient déjà les peuples…

006128838

Gaël.

« En Février, note dans ton calendrier. »

Nous sommes en hiver, il est temps de se réchauffer l’âme et le cœur au milieu de tout ce gris. Le mois de Février s’annonce donc riche en belles rencontres et en partage. Alors, prends ton agenda, ton calendrier, ton carnet, ta paume de main, le dos de ton voisin et note les dates ! Deux formidables auteurs et une géniale traductrice viennent nous/vous rendre visite et ça va être drôlement chouette !

Alors qui?! qui?! qui?!

eric vuillard

VENDREDI 15 Février à 18h, nous souhaiterons la bienvenue à ERIC VUILLARD ( Prix Goncourt 2017 pour l’excellent Ordre du Jour chez Actes Sud ) qui nous revient pour son dernier opus La Guerre des Pauvres, gros coup de cœur pour ce récit à la fois dénonciateur et éclairant . C’est Gaël qui animera la rencontre avec cet auteur généreux et passionnant. Cela se passera à la Bibliothèque de Dinan.

Pour tout renseignement complémentaire, n’hésitez pas à joindre la Bibliothèque : 20 Rue Waldeck Rousseau, 22100 Dinan / 02 96 39 04 65 / bm@dinan.fr

Bien entendu, dans un prochain post , Gaël vous en dira plus sur ce court récit toujours aussi finement écrit et ciselé. La guerre des Pauvres vous attend déjà à la librairie.

 

affiche heller

JEUDI 21 Février à 19h00, à la librairie, ce sera au tour du tout aussi généreux et souriant PETER HELLER, accompagné, s’il vous plaît, par sa formidable traductrice CELINE LEROY. Peter Heller nous revient avec Céline (et non, cela ne s’invente pas), trépidant coup de cœur. Après La constellation du chien et Peindre, pêcher et laisser mourir, l’auteur américain nous revient avec des héroïnes mystérieuses et hautes en couleurs.

Réservation à la librairie dans la limite des places disponibles : par courriel / contact@librairielegrenier.com , téléphone / 02 96 39 59 83 ou courrier avec des paillettes (oui, c’est comme ça) / 6 place Duclos 22100 Dinan.

Bien entendu, dans un prochain post , Fanny vous en dira plus sur ce roman qui mêle enquête, souvenirs et grands espaces de l’Ouest américain. Les deux précédents ouvrages cités de Peter Heller vous attendent à la librairie, en attendant la sortie de Céline, toujours chez Actes Sud, le 06 Février prochain.

Vous avez compris : « En Février, note dans ton calendrier » 🙂

à bientôt!

Les libraires masqués.

Salina

IMG_3755

Partir d’un texte de théâtre poignant pour en arriver à la sève d’un roman magistral. La magie littéraire de Laurent Gaudé m’arrive encore entre les mains.

Salina, les trois exils : « ce qui passe, vit et se transmet » écrit l’auteur en dédicace. Salina, par la voix de son dernier fils, Malaka, est racontée. L’histoire commence par ce nouveau-né, arrivé dans son cri immense, au milieu des dunes et des hommes. C’est cette petite, débarquée dans un nulle part de caravansérail, qui va être adoptée par Mamanbala : « (…) par le sel de ces larmes dont tu as couvert la terre, je t’appelle Salina. »

Il y a l’enfance protégée, puis viendra le premier exil, celui du sang et de la violence, puis le second, celui de la vengeance, et le troisième, celui de l’exil et de la résilience. Salina est la vie d’une femme qui peut se transposer autant dans un univers lointain que proche car ce récit est à la fois un cri universel et une ode fraternelle.

Peu de pages, à peine 150, mais d’une intensité vibrante. Ainsi, Malaka raconte sa mère à un vieux pêcheur, sorte de Charon, nocher de l’île-cimetière, qui, contre l’obole du récit de ce fils aimant, l’approche de ce lieu mystique où reposent les âmes.

Petit à petit, comme les autres pêcheurs, j’ai moi aussi rapproché ma barque pour écouter l’histoire de Salina, éblouie par la plume de Gaudé. Un bijou.

Fanny.

J’ai couru vers le Nil

9782330109042

J’ai couru vers le Nil, traduction Gilles Gauthier, Actes Sud, 432 pages, paru le 05/09/2018, 23€

Plus de dix après l’immense succès de L’immeuble Yacoubian, Alaa El Aswany nous offre sa révolution égyptienne au travers de péripéties et de personnages attachants.

Le Caire, 2011. La place Tahrir accueille tous les révoltés, tous les défenseurs de la liberté dans un mouvement populaire qui rassemble les générations. Asma et Mazen vont vivre leur histoire d’amour par le prisme de cette mobilisation. Nous croisons également deux étudiants en médecine, Khaled et Dania, issus de milieu différents mais que le combat va réunir. Achraf, grand bourgeois copte va s’affranchir de sa femme et de son rang social pour rejoindre la révolution et ouvrir ses portes aux manifestants. Et puis il y a Nourhane qui voit en ce mouvement l’opportunité de mener à bien ses ambitions et de s’ériger en icône.

Alaa El Aswany réunit toute une galerie de personnages et nous fait ainsi vivre cette révolution égyptienne de l’intérieur. Bien sûr, le regard de l’auteur est orienté, mais comment pourrait-il en être autrement au vu de la situation ? A ses risques et périls (l’auteur est toujours dentiste au Caire et ce roman est interdit de publication en Egypte), Alaa El Aswany nous offre ce nouveau roman profond, touchant, drôle aussi, par moments et c’est une belle réussite.

 

Emma