Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon

67772570_2398315286872014_8316492673011679232_n

Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon

de Jean-Paul Dubois (éd. L’Olivier)

Lire ce roman c’est un peu comme reconnaître un vieil ami qui vous a tant manqué. Voilà un beau et grand Dubois.

Johanes Hansen, pasteur protestant de métier, et père de notre héros, à savoir Paul Hansen, vous dira que « Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon ». C’est un fait. Ce à quoi Patrick Horton, co-détenu de Paul rajoute, via son dos tatoué, « Life is a bitch and then you die », que je pourrais vous traduire poétiquement par « La vie est une pute et ensuite tu crèves ».
De l’émotion, du rire, une très bonne maîtrise du jeu dramaturgique, un chien fidèle, et me voilà au bord des larmes le roman fini.

Paul Hansen purge sa peine dans la prison provinciale de Montréal. C’est à partir de cette cellule qu’il nous raconte son passé qui s’entremêle à ce présent brut de décoffrage.
Jean-Paul Dubois, équilibriste hors pair, m’a porté sur ce fil fragile de la vie : nos apprentissages, nos victoires, nos frayeurs, nos réussites, nos défaites, nos regrets, nos amours, nos souvenirs.
Ce qui est magnifique, c’est ce Paul, cet attachement immédiat que j’ai eu pour le personnage. Un homme honnête, intègre, humaniste, discret, balloté par un flot d’évènement, tenant la barre, sculpté auparavant par une « mater » et un « pater » qui ne faisaient pas dans la demi mesure … ni dans la dentelle… quoique.
Paul Hansen se faufile dans sa vie, observe, admire le hasard, aime. Un héros de l’ordinaire jusqu’au jour où… le rugissement arrive.

J’ai adoré découvrir, m’attacher à différents personnages et me laisser aller dans cette histoire qui nous transporte de Toulouse ( Dubois is Dubois ) à Montréal, en passant par Thetford Mines et Skagen, au nord du Danemark.

Jean-Paul Dubois m’a donc fait passer du rire ( merci Patrick ) aux larmes ( merci la vie ) et quoiqu’il advienne, n’oubliez jamais : « Live to ride, ride to live » !
« On the road again » itou.

Fanny

2 réflexions au sujet de « Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon »

  1. Auriez vous l’obligeance chère libraire de me mettre un exemplaire de ce Dubois de côté ainsi que le Jim Fergus qui doit paraître prochainement. Je passerai les chercher vers le 20 sept. A+

  2. Lu et un peu déçu……C’est agréable à lire certes mais pas vraiment transcendant ! Dubois est un excellent écrivain mais quand il se met à parler musique ….là il faudrait que ce cher Monsieur se documente un peu plus ! Mon sang d’aficionado du rock n’a fait qu’un tour quand page 96 l’auteur vente les mérites de l’orgue Hammond B3 et qu’il croit utile de préciser que l’instrument fût utilisé par les Doors et les Animals , et non tout faux , pour les Doors c’est un orgue Ultra Vox et les Animals un vulgaire Farfisa . pour Procol harum là par contre il a bon. Je chipote je sais mais j’aime ça!!!!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s