J’ai couru vers le Nil

9782330109042

J’ai couru vers le Nil, traduction Gilles Gauthier, Actes Sud, 432 pages, paru le 05/09/2018, 23€

Plus de dix après l’immense succès de L’immeuble Yacoubian, Alaa El Aswany nous offre sa révolution égyptienne au travers de péripéties et de personnages attachants.

Le Caire, 2011. La place Tahrir accueille tous les révoltés, tous les défenseurs de la liberté dans un mouvement populaire qui rassemble les générations. Asma et Mazen vont vivre leur histoire d’amour par le prisme de cette mobilisation. Nous croisons également deux étudiants en médecine, Khaled et Dania, issus de milieu différents mais que le combat va réunir. Achraf, grand bourgeois copte va s’affranchir de sa femme et de son rang social pour rejoindre la révolution et ouvrir ses portes aux manifestants. Et puis il y a Nourhane qui voit en ce mouvement l’opportunité de mener à bien ses ambitions et de s’ériger en icône.

Alaa El Aswany réunit toute une galerie de personnages et nous fait ainsi vivre cette révolution égyptienne de l’intérieur. Bien sûr, le regard de l’auteur est orienté, mais comment pourrait-il en être autrement au vu de la situation ? A ses risques et périls (l’auteur est toujours dentiste au Caire et ce roman est interdit de publication en Egypte), Alaa El Aswany nous offre ce nouveau roman profond, touchant, drôle aussi, par moments et c’est une belle réussite.

 

Emma

Une réflexion au sujet de « J’ai couru vers le Nil »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s